Pages

Ukraine. «Pourquoi la bataille pour le Donbass sera très différente de l’assaut sur Kiev». Analyse

Do A L´Encontre. 10 abril 2022 
Por Jack Watling




Maintenant que la Russie a jeté son dévolu sur l’Est et qu’une offensive majeure est imminente, le mois à venir sera potentiellement décisif pour l’Ukraine.

La tragédie découverte au milieu des décombres de Boutcha et de Borodianka [1] a éclipsé la liesse de la victoire de Kiev sur les forces russes qui ont passé un mois à tenter d’encercler la capitale et d’anéantir la nation ukrainienne. Néanmoins, la défaite des forces russes dans le nord marque un tournant dans la guerre. A moyen terme, l’Ukraine va maintenant survivre. Mais pour ses soldats, il n’y a pas de répit, car après avoir dû renoncer à son premier objectif, Moscou a tourné son regard vers le Donbass, où une offensive majeure est imminente.

Le Donbass est en guerre depuis huit ans. Plus de 90 soldats ukrainiens ont été tués en 2021 en défendant la zone de contact. Depuis fin février, les positions ukrainiennes subissent des tirs d’artillerie réguliers, les civils mobilisés de Donetsk et Lougansk occupés par les Russes étant poussés à attaquer les tranchées ukrainiennes. L’objectif de cette activité russe était de fixer les 40’000 soldats ukrainiens dans la zone des opérations des forces conjointes (JFO), les empêchant d’avoir un impact sur les combats pour Marioupol, Kharkiv ou Kiev.

Dans les jours à venir, la zone JFO est destinée à devenir le centre de l’attention russe. Les forces russes, après s’être emparées d’un couloir terrestre reliant Rostov à Kherson, se préparent à donner un coup de poing vers le nord pour couper les lignes d’approvisionnement de Donetsk. D’autres unités russes – certaines nouvellement formées et d’autres repositionnées – se constituent pour pousser vers le sud autour de Lougansk, depuis Kharkiv, afin de compléter l’encerclement.

La bataille sera très différente de l’avancée sur Kiev. Au début de la guerre, les unités russes n’étaient ni prêtes ni approvisionnées pour de rudes combats. Maintenant, les Russes ont évalué ce qu’ils ont à affronter et, avec seulement deux axes à soutenir, ils peuvent concentrer leur logistique. Les défenses aériennes russes ont une bonne couverture au-dessus du Donbass et elles seront probablement en mesure d’apporter une puissance aérienne significative. Si l’on ajoute à cela leur avantage en matière d’artillerie et le fait que les combats se dérouleront dans la campagne plutôt que dans les centres urbains, les troupes ukrainiennes devront se déplacer pour survivre.

***

Dans le même temps, les Russes sont confrontés à un sérieux défi. Les forces ukrainiennes dans la zone JFO comprennent certaines des unités les plus professionnelles et les plus motivées du pays. Les Russes ont un avantage en termes de puissance de feu, mais ils se battront presque à parité numérique. Si leur plan est d’encercler la zone JFO, ils devront défendre le couloir des deux côtés, et bien que les soldats russes soient maintenant mieux préparés, le moral reste un problème dans de nombreuses unités russes.

Ayant engagé la majorité de ses forces, le président Vladimir Poutine doit atteindre ses objectifs avant le défilé du jour de la Victoire, le 9 mai, sous peine de voir la puissance de combat russe diminuer régulièrement par épuisement. Cela encouragera probablement les Russes à utiliser nombre de leurs systèmes d’armes les plus dévastateurs. Mais si Poutine échoue, il sera alors confronté à un choix: chercher une issue de sortie ou mettre la Russie sur un pied de guerre et mobiliser des réserves. Cela impliquerait d’abandonner la fiction selon laquelle la guerre en Ukraine n’est qu’une «opération spéciale».

***

Pour les Ukrainiens, le mois prochain sera onéreux mais potentiellement décisif. Si la Russie s’empare du Donbass, elle peut se montrer ferme et faire une pause tout en constituant des réserves pour une offensive d’été. En revanche, si la Russie ne parvient pas à atteindre ses objectifs, nombre de ses unités se retrouveront projetées en avant et exposées, au risque d’une usure persistante, au même titre que les troupes qui ont récemment battu en retraite de Kiev.

Pour les militaires ukrainiens, les priorités de la bataille dans le Donbass diffèrent légèrement de ce qui était nécessaire pour la défense urbaine. Un approvisionnement constant en missiles antichars et en systèmes portatifs de défense aérienne restera indispensable. Mais la troupe aura également besoin de drones avec leurs munitions pour cibler les défenses aériennes et l’artillerie russes, créant ainsi des opportunités pour les hélicoptères ukrainiens de ravitailler les unités isolées. Ils auront besoin d’une mobilité protégée pour déplacer leurs troupes en toute sécurité vers de nouvelles positions défensives. Elles auront besoin d’une quantité considérable de munitions d’artillerie.

Pour les alliés de l’Ukraine, il existe une tension constante entre la fourniture d’armes immédiatement utilisables pour éviter la défaite et de systèmes d’armes qui nécessitent une obligation de formation. Le taux de perte d’équipement ukrainien dans le Donbass sera probablement plus élevé que lors de la première phase du conflit. Si l’Ukraine veut être prête pour la bataille au-delà du Donbass, elle devra reconstituer certaines de ses unités. Il est donc temps de commencer à fournir une aide à plus long terme pour reprendre l’initiative. (Article publié dans The Guardian, en date du 9 avril 2022; traduction rédaction A l’Encontre)

Le Dr Jack Watling est chargé de recherche sur la conduite de la guerre terrestre au Royal United Services Institute (RUSI).

_______

[1] Pourrait aussi être mentionné, dans un autre contexte géographique, le bombardement de la gare de Kramatorsk (oblast de Donetsk) – bondée de gens contraints à l’exil – qui a fait des dizaines de morts. Le dirigeant de la compagnie ferroviaire ukrainienne, Ukrzaliznytsia, Oleksandre Kamychine, a dénoncé une «frappe délibérée». (Réd.)

Nenhum comentário:

Postar um comentário