Pages

Brésil. Une étude récente sur le travail des enfants. En fait, 5,6 millions sont «mis au travail»

Do A L´Encontre, 17 abril 2022


Une étude conjointe de l’universitaire brésilien Guilherme Lichand, qui travaille à l’Université de Zurich (Suisse), et de sa collègue Sharon Wolf, de l’Université de Pennsylvanie (Etats-Unis), a mesuré la sous-déclaration du travail des enfants au Brésil et a conclu que le nombre réel d’enfants âgés de 7 à 14 ans travaillant dans le pays est sept fois plus élevé que ce que montrent les statistiques officielles.

Les données officielles les plus récentes des World Development Indicators (WDI), une base de données de statistiques internationales compilée par la Banque mondiale, ont montré que, en 2015, 2,5% des enfants brésiliens de cette tranche d’âge travaillaient, soit l’équivalent de 738 600 personnes. Mais l’étude de G. Lichand et S. Wolf a conclu que le pourcentage réel était de 19,15%, soit environ 5 650 000 enfants, selon des recherches rapportées par le quotidien Folha de São Paulo (13 avril 2022).

Les chiffres officiels de l’Organisation internationale du travail (OIT) sont basés sur des enquêtes menées dans plusieurs pays. «Ces enquêtes suivent généralement une méthodologie selon laquelle on demande d’abord aux adultes si leurs enfants travaillent. S’ils mentent, par peur d’être punis, par gêne ou pour toute autre raison, les statistiques finales montrent un nombre plus faible», a expliqué Guilherme Lichand.

Les paramètres utilisés par les chercheurs pour définir le travail des enfants suivent les définitions des agences internationales, telles que l’Unicef, et ont été élaborés avec des enfants à l’école.

«Si l’enfant a moins de 12 ans, quel que soit le nombre d’heures travaillées, et qu’il

reçoit une rémunération quelconque pour cela, c’est déjà considéré comme du travail des enfants. Si l’enfant a entre 12 et 14 ans, le travail est défini comme tel s’il est de 14 heures par semaine ou plus, pour autant qu’il ne s’agisse pas de métiers dangereux. A partir de l’âge de 15 ans, il est qualifié comme tel pour une durée de 41 heures», a expliqué Sharon Wolf.

L’étude révèle que lorsqu’on demande directement aux enfants s’ils effectuent un travail rémunéré, la réponse tend à être beaucoup plus élevée que lorsqu’on pose la même question à des adultes responsables.

Les chercheurs ont pu vérifier cette différence sur la base des réponses des enfants et des parents travaillant à la récolte du cacao dans les zones rurales de la Côte d’Ivoire, dans le cadre d’une étude menée par une ONG. Dans ce cas, où 2000 personnes ont été interrogées, il s’est avéré que les enfants disaient la vérité, puisque les résultats de l’ONG différaient d’un peu moins d’un point de pourcentage des réponses données par les enfants.

A partir des données recueillies par la Banque mondiale dans 97 pays, les chercheurs ont pu établir une relation entre les déclarations des parents et ce qui correspond le mieux à la réalité. Le modèle prend en compte des éléments tels que le pourcentage d’enfants engagés dans des activités à risque dans chaque pays et le nombre d’heures travaillées.

L’incidence des enfants qui travaillent étant plus élevée chez les élèves des écoles rurales que chez ceux des écoles urbaines, il a également fallu tenir compte dans les calculs du fait que les réponses provenaient de zones plus ou moins urbanisées.

Dans le cas du Brésil, qui est l’un des rares pays de l’étude faite par la BM (WDI) où une recherche pose la question aux enfants, il a été possible de comparer les résultats obtenus par la base de données de la Banque mondiale (BM) avec ceux de l’enquête nationale.

Dans l’enquête officielle brésilienne de 2019, 15% des enfants de 10 et 11 ans ont déclaré avoir travaillé au moins une heure par semaine. Si l’on tient compte des enfants non scolarisés, ce pourcentage peut atteindre 19%, ce qui correspond au résultat de notre enquête, a ajouté Sharon Wolf.

«Il ne s’agit pas d’aider occasionnellement les parents dans les tâches ménagères, il s’agit de travail rémunéré des enfants. Lorsque le président Jair Bolsonaro, par exemple, dit qu’il est bon que les enfants travaillent, de quel type de travail parle-t-il? Il n’est pas clair dans sa définition, et cela empêche le débat», a expliqué la chercheuse.

Le secteur du cacao a été choisi au Brésil pour réunir des données car il a historiquement connu une forte présence du travail des enfants. L’organisation Papel Social a été contractée en 2018 par l’OIT pour enquêter sur l’activité dans certaines zones de l’intérieur du Brésil.

«Environ 7000 enfants et adolescents travaillent dans la chaîne du cacao, principalement dans les Etats de Bahia et de Pará. Le phénomène est le même dans l’huile de palme, le tabac et le gypse», a expliqué le directeur exécutif de Papel Social, Marques Casara. (Article publié par La Diaria, le 14 avril 2022; traduction rédaction A l’Encontre)

Nenhum comentário:

Postar um comentário