Pages

Chili. A quoi ressemble la «petite tablée» de Gabriel Boric et qui en sont les membres

Do A L´Encontre, 13 março 2022 
Por Página 12



Au Chili, le Comité politique du gouvernement est une instance à laquelle participent les ministères que le président définit comme prioritaires pour son administration. En revanche, pour les secrétaires d’Etat qui participent à cette «petite tablée», c’est l’occasion d’établir une relation plus étroite et plus directe avec le président de la République.

Sous l’administration sortante, dirigée par le parti de droite Sebastián Piñera, le ministère de l’Intérieur, le ministère des Finances, le ministère du Développement social, le Secrétariat général du gouvernement (Segegob) et le Secrétariat général de la présidence (Segpres) ont participé à ce Comité politique.

Gabriel Boric a établi les changements dans la composition du Comité politique à partir du 11 mars. A la place du Développement social, la responsable du ministère de la Femme et de l’Egalité des sexes, Antonia Orellana, y participera, et sera accompagnée autour la «petite tablée» de Boric par Georgio Jackson (Segegob), Camila Vallejo (Segpres), Izkia Siches (Interior) et Mario Marcel (Treasury).

Avec cette composition, Boric ratifie les définitions qu’il avait prises avec le reste du cabinet en termes de changement générationnel et d’égalité des sexes, mais aussi d’équilibre politique, puisqu’en plus de représenter les collectifs du Frente Amplio, il inclut Mario Marcel, une personne qui maintient une relation étroite avec le «monde socialiste».

Mario Marcel (62 ans), ministre des Finances

Gradualisme, responsabilité fiscale et calme sur les marchés. Ces trois concepts reviennent chaque fois que l’on évoque la décision de Gabriel Boric de nommer Mario Marcel au ministère des finances, le portefeuille qui gère les grandes décisions économiques au Chili.

Mario Marcel est un économiste, un ingénieur commercial et un universitaire. Il a fait ses études à l’université du Chili et à l’université de Cambridge. Il est âgé de 62 ans. Il a été président de la Banque centrale de 2016 jusqu’à sa récente démission. Il est identifié au Parti socialiste, mais n’a jamais été affilié.

Pendant les gouvernements de la Concertación de Partidos por la Democracia (1990-2010), il a été à la tête de la direction du budget pendant six ans et, à ce titre, a été responsable de la conception de la règle budgétaire actuelle.

Il a occupé des postes liés à la macroéconomie et aux programmes sociaux pendant les gouvernements de Patricio Aylwin (mars 1990-mars 1994) et d’Eduardo Frei Ruiz-Tagle (mars 1994-mars 2000). Entre 1997 et 2000, il a été directeur exécutif de la Banque interaméricaine de développement (BID) et a vécu à Washington, la capitale des États-Unis. Il y a été lié à l’économiste chilien Nicolás Eyzaguirre (à l’époque au FMI) avec lequel il avait été dans les années 1980 au sein du groupe des économistes socialistes.

Il a également occupé des postes dans les gouvernements des socialistes Ricardo Lagos (mars 2000-mars 2006) – qui l’a nommé directeur du budget lorsque Eyzaguirre était ministre des finances – et Michelle Bachelet (la présidence de 2006 à 2010), qui l’a chargé de la commission chargée d’étudier les changements à apporter au système de retraite. La Commission dite «Marcel» était chargée de rédiger la réforme des retraites qui a été approuvée en 2008.

Marcel a également enseigné à l’université du Chili, géré des entreprises privées et travaillé comme consultant international au Mexique, au Salvador et au Vietnam. En 2011, il a déménagé à Paris, en France, pour travailler en tant que directeur adjoint de la gouvernance et du développement territorial à l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). En 2014, il a rejoint la Banque mondiale en tant que directeur de la pratique mondiale de la bonne gouvernance.
Antonia Orellana (32 ans), ministre des Femmes et de l’Egalité des genres

Antonia Orellana est journaliste, féministe et l’une des fondatrices de Convergencia Social, le parti de Boric. Elle est l’une des personnalités politiques auxquelles le nouveau président a le plus de confiance. Elle le connaît depuis de nombreuses années.

Elle a travaillé comme consultante pour le programme «Citoyenneté et école» du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) et a également travaillé comme consultante en communication pour le rectorat de l’université du Chili.

Entre 2015 et 2020, elle a été membre du Réseau chilien contre la violence envers les femmes, promouvant les mobilisations féministes de 2018. Elle a fait partie de l’équipe de la candidate aux primaires présidentielles du Frente Amplio, Beatriz Sánchez.

Son travail au ministère de la Condition féminine et de l’Egalité des sexes sera particulièrement important en raison de l’empreinte féministe que Gabriel Boric souhaite donner à son administration gouvernementale. Cette semaine, dans un entretien accordé au quotidien madrilène El País, il a déclaré que le nouveau président et elle partagent une passion pour la littérature et qu’elle lui a également recommandé de lire des auteures féministes.

«Au niveau latino-américain, j’ai toujours beaucoup lu les auteurs argentins Diana Maffía et Rita Segato. Nous suivons avec grand intérêt ce que font les camarades brésiliens, qui ont traversé une période très difficile», a déclaré Antonia Orellana.

Elle était candidate pour l’élection au Congrès, à Santiago, mais elle n’a pas été élue. En mars 2021, pendant cette campagne, une vidéo de sa participation à un programme télévisé est devenue virale, lorsqu’elle a déclaré qu’elle avait eu un avortement. «L’obstétricien du système public m’a beaucoup maltraitée aux urgences et lorsque je me suis plainte de ce traitement, il a menacé de me dénoncer au Ministère public», a-t-elle déclaré lors de ce débat.

La relation de Convergencia Social avec Boric a connu des difficultés. Après le déchaînement social de 2019, Boric a signé l’«Accord pour la paix sociale et la nouvelle Constitution» à titre personnel, mais son parti ne l’a pas suivi. Ce conflit s’est terminé par la démission de 73 militants, parmi lesquels le maire de Valparaíso, Jorge Sharp.
Izkia Siches (35 ans), ministre de l’Intérieur

L’une des décisions les plus mémorables de Boric lors de la campagne du second tour a été la nomination de la doctoresse Izkia Siches comme cheffe de campagne. Elle sera la première femme à occuper le poste de ministre de l’Intérieur et jouit d’une grande popularité pour le rôle qu’elle a joué pendant la pandémie en tant que présidente de l’Ordre des médecins du Chili.

Tout comme le nouveau président, Mme Siches, âgée de 35 ans, était une leader étudiante pendant son séjour à l’université du Chili. Elle était affiliée à la Jeunesse communiste et était proche des militants du Frente Amplio.

Avant de rejoindre le commandement d’Apruebo Dignidad, Izkia Siches s’était déjà éloigné de la politique des partis depuis des années. Lors du second tour de l’élection présidentielle, le soutien apporté par la célèbre chirurgienne à la campagne de Gabriel Boric a réduit les accusations faites par d’autres candidats à propos de ses relations avec le Parti communiste.

La première – et plus jeune – présidente de l’Ordre des médecins a été élue au conseil d’administration de cette institution en 2017 avec un programme féministe qui promeut la légalisation totale de l’avortement et demande plus de droits pour la communauté LGTBI.

«Les présidents ont toujours été des hommes, blancs et majoritairement conservateurs. Et je suis une femme, jeune, de gauche, brune, originaire d’Arica, à moitié aymara, aux yeux bridés, élevée à Maipú, éduquée dans une école épicée que personne ne connaît», a-t-elle déclaré dans un entretien accordé à La Segunda.

Pendant la pandémie, elle a joué un rôle de premier plan et a reçu une reconnaissance nationale et internationale. En tant que plus haute autorité de l’organisation, elle est devenue un point de référence pour les médias et les citoyens et citoyenne du Chili dans les moments d’incertitude des premières semaines de la pandémie.

En 2020, l’Association des correspondants de presse internationaux au Chili (ACPI) a désigné Izkia Siches comme «Personnalité de l’année» pour «son haut niveau de confiance et de crédibilité dans l’opinion publique» pendant la crise sanitaire. En outre, en mars 2021, elle a reçu le prix «Exceptional Women of Excellence» au Women Economic Forum et le magazine Times l’a désignée comme l’un des 100 leaders pour le futur. en février de la même année.

Avril 2021 a également vu la naissance de Khala Simone, le premier enfant de Izkia Siches. Le bébé avait sept mois lorsque sa mère a quitté son poste pour rejoindre le commandement de Boric. Dès lors, elle l’accompagne dans sa tournée à travers le Chili, défiant et questionnant le rôle des femmes et de la maternité en politique. Tout au long de la campagne, les images de sa fille dans les bus de la tournée du candidat à la présidence et lors des événements de la campagne dans les bras de sa mère, ont fait le tour du monde.

Lors de l’annonce de sa démission de la présidence de Conseil des médecins, Izkia Siches a déclaré que «partir n’était pas dans ses projets», mais que lorsque Gabriel Boric a frappé à sa porte et lui a demandé de rejoindre la campagne, elle a eu le sentiment «qu’aujourd’hui, tout est très clair, je regarde le visage de ma fille et je sais ce que je dois faire», a-t-elle déclaré.
Camila Vallejo (33 ans), ministre du Segegob

En dehors des frontières chiliennes, l’acronyme Segegob (pour Secrétaire général du gouvernement) ne dit pas grand-chose, mais on peut dire que le poste qu’occupe Camila Vallejo est d’une importance capitale par les temps qui courent: en bref, elle sera la porte-parole du gouvernement, chargée de représenter la coalition politique devant les médias.

Bien qu’elle n’ait que 33 ans, Camilla Vallejo a une trajectoire importante et sa présence sur la scène politique et médiatique a été constante. Elle a commencé à être politiquement active en 2007, au sein de la Jeunesse communiste du Chili. En 2011 elle a rejoint le Comité central de ce parti. Sa famille a une tradition de militantisme politique de gauche: son arrière-grand-père maternel, Jorge Dowling Desmadryl, a été député du parti socialiste entre 1937 et 1941.

Sa présence sur la scène politique se fera lors des manifestations étudiantes de 2011, car elle était alors présidente de la Fédération des étudiants de l’Université du Chili (FECh). Elle sortira plus tard de cette université comme géographe, avec des qualifications d’excellence académique.

Avec d’autres leaders étudiants, comme Giorgio Jackson de l’Université catholique et Camilo Ballesteros de l’Université de Santiago du Chili, elle est devenue l’un des symboles de cette mobilisation, qui a recueilli un fort soutien parmi la jeunesse chilienne.

En décembre 2011, elle perd la présidence de la FECh lors d’une élection interne où elle se présente contre Gabriel Boric, plus identifié aux courants autonomistes qui disputent le terrain occupé par le Parti communiste dans les centres universitaires.

En novembre 2012, elle a été nommée pré-candidate à la députation pour le Parti communiste du Chili (PC) à La Florida [commune au sud-est de l’agglomération Santiago] et, lors des élections législatives de 2013, elle a été élue avec 62 751 voix. Elle devient ainsi le plus jeune député à accéder au Congrès national et est également réélue lors de la législature suivante.

Dans cette étape parlementaire, plusieurs analystes s’accordent à dire que Vallejo, Jackson et Boric ont réussi à créer une grande harmonie politique, malgré leur appartenance à trois partis politiques différents. En fait, Jackson et Boric se sont rejoints pour la création du Frente Amplio, mais Vallejo n’a pas participé à ce processus (le PC faisait partie de la Nueva Mayoría de l’époque, avec les partis de l’ex-Concertación).

Lors des dernières élections, elle a décidé de ne pas se présenter pour un troisième mandat à la Chambre des députés et a rejoint la coordination de la campagne de Gabriel Boric.
Georgio Jackson (34 ans), Secrétariat général de la présidence

«Au ministère du Secrétariat général de la présidence, il y aura un travail dur, difficile, avec un parlement équilibré, mais je n’ai aucun doute sur le fait qu’il sera à la hauteur, je souhaite la bienvenue à mon collègue Georgio Jackson», ont été les mots utilisés par Gabriel Boric pour désigner l’une de ses personnes de confiance.

L’harmonie entre les deux se retrouve dans les postes que Jackson a occupés pendant la longue campagne électorale qui s’est terminée par la victoire de la gauche: il a été porte-parole, directeur de campagne et enfin coordinateur.

Au Secrétariat général de la présidence, l’une de ses principales tâches sera de servir de pont entre l’exécutif et le législatif, où la coalition de gauche n’a pas de majorité. L’expérience parlementaire de Georgio Jackson est l’une des raisons pour lesquelles Gabriel Boric l’a placé à ce poste d’une importance vitale.

Jackson est un ingénieur civil industriel de la Pontificia Universidad Católica. Comme Camila Vallejo, il était un leader des organisations étudiantes. En 2011, il est devenu président de la Fédération des étudiants de l’Université catholique du Chili (FEUC) en tant que représentant du mouvement Nueva Acción Universitaria (NAU), une organisation liée au centre-gauche.

Après être devenu l’un des visages connus du mouvement étudiant, il lance en 2012 le mouvement politique Revolución Democrática (RD) avec d’autres militants du NAU liés à l’Université catholique.

Lors des élections de 2014, il est devenu le premier député de la RD et a remporté son siège de député dans le district 10, qui comprend des communes comme Santiago, Nuñoa, Providencia et San Joaquín, entre autres. Lors de cette élection, il a bénéficié du soutien indirect des partis de l’ex-Concertación, qui ne se sont pas présentés dans cette circonscription afin qu’il puisse accéder au Congrès.

Au cours du deuxième gouvernement de Michelle Bachelet (mars 2014-mars 2018), Georgio Jackson a soutenu une ligne de «collaboration critique» qui facilitait la participation des cadres de la RD à l’administration de l’Etat, notamment à des postes techniques.

Cependant, lors de l’élection suivante, qui sera finalement remportée par Sebastián Piñera, le RD a joué un rôle clé dans la formation du Frente Amplio, à la gauche de la Nueva Mayoría de l’époque (qui comprenait les partis de l’ex-Concertación).

En plus d’assurer la liaison avec le Parlement, Georgio Jackson, depuis son poste au Secrétariat général de la Présidence, suivra de près les progrès de la Convention constituante et participera à la définition des principaux axes programmatiques de la nouvelle administration gouvernementale, tels que la mise en œuvre de la réforme fiscale et du système de soins. (Article publié le 10 mars 2022 par le quotidien argentin Pagina 12; traduction par la rédaction de A l’Encontre)

Nenhum comentário:

Postar um comentário