Pages

Etats-Unis. Bernie Sanders déclare que les démocrates sont en train d’échouer: «Le parti a tourné le dos à la classe laborieuse»

Do A L´Encontre, 10 de Janeiro 2022 
Por Steven Greenhouse

Dans un entretien exclusif avec le quotidien The Guardian du 10 janvier 2022, le sénateur Bernie Sanders de l’Etat du Vermont déclare qu’il est temps de «se mobiliser et de s’attaquer à la cupidité de la classe dirigeante aux Etats-Unis».

Le sénateur Bernie Sanders a appelé les démocrates à opérer «un changement de cap majeur» en se concentrant sur la lutte pour la classe laborieuse étatsunienne et en s’opposant aux «puissants intérêts des entreprises». En effet, le programme législatif des démocrates est au point mort et leur parti est confronté à des perspectives difficiles lors des élections de mi-mandat de novembre prochain.

Il est probable que la Maison-Blanche considère ses commentaires comme un coup de semonce de l’aile gauche d’un parti de plus en plus frustré par la façon dont les démocrates centristes ont réussi à faire échouer ou à retarder des pans entiers des projets déclarés de politique intérieure de Joe Biden.

***

Dans un entretien accordé au Guardian, Bernie Sanders a appelé Joe Biden et le chef de la majorité au Sénat, Chuck Schumer, à faire pression pour organiser des votes sur des projets spécifiques de loi qui seraient une bénédiction pour les familles de travailleurs, en citant l’extension du crédit d’impôt pour les enfants, la réduction des prix des médicaments sur ordonnance et l’augmentation du salaire horaire minimum fédéral à 15 dollars [il se situe à 7,25 dollars depuis douze ans à l’échelle fédérale].

De tels votes seraient une bonne politique et un bon moyen d’action, a insisté le sénateur du Vermont, affirmant qu’ils montreraient que les démocrates se battent pour la classe laborieuse tout en soulignant l’opposition des républicains à des politiques extrêmement populaires.

«Ce n’est pas un grand secret que le Parti républicain gagne de plus en plus le soutien des travailleurs», a déclaré Sanders. «Ce n’est pas parce que le Parti républicain a quelque chose à leur dire. C’est parce que, sous de trop nombreuses manières, le Parti démocrate a tourné le dos à la classe laborieuse.»

Sanders, qui s’est présenté à l’investiture du parti en 2016 et en 2020, perdant lors de compétitions acharnées face à Hillary Clinton puis à Joe Biden, est une figure populaire à la gauche du parti. Le socialiste démocratique du Vermont reste influent et a soutenu Biden au cours de sa première année, alors que le parti tente de faire face à la double menace de la pandémie et d’un Parti républicain en essor et de plus en plus extrémiste.

Mais ses commentaires semblent refléter un mécontentement et une inquiétude croissants quant à l’orientation de l’administration Biden. «Je pense qu’il est absolument important que nous procédions à une correction de trajectoire majeure», a poursuivi Bernie Sanders. «Il est important que nous ayons le courage de nous attaquer aux intérêts des entreprises très puissantes qui possèdent une emprise incroyablement forte sur l’économie de ce pays.»

Les projets de loi spécifiques que Sanders défend pourraient ne pas recueillir les 60 voix nécessaires [et non pas la majorité simple dans une procédure normale] pour surmonter la tactique d’obstruction (filibuster) des républicains [au Sénat]. Et une défaite à leur sujet pourrait embarrasser les démocrates. Mais Bernie Sanders, président de la commission du budget du Sénat et l’une des voix progressistes les plus en vue du pays, a déclaré: «Les gens peuvent comprendre que vous n’avez parfois pas les voix nécessaires. Mais ils ne peuvent pas comprendre pourquoi nous n’avons pas présenté des lois importantes que 70 ou 80% du peuple américain soutient.»

***

Sanders s’est entretenu avec le Guardian le 6 janvier, le jour même où il a publié une déclaration selon laquelle la meilleure façon de «sauvegarder notre démocratie» n’est pas seulement d’adopter une législation qui protège les droits de vote [face aux manœuvres des républicains, dans les Etats, pour faire obstacle au droit de vote des dites minorités], mais de répondre aux préoccupations de «la grande majorité des Américains» pour qui «il y a une déconnexion entre les réalités de leur vie et ce qui se passe à Washington».

Il a déclaré que des millions d’Américains étaient préoccupés par des «réalités douloureuses» telles que «les bas salaires, les emplois sans avenir, les dettes, l’accès au logement, le manque de soins de santé». Il a ajouté que de nombreux Américains de la classe laborieuse se sont éloignés du système politique parce que «rien ne change» pour eux «ou, si cela arrive, c’est généralement pour le pire».

Au cours de l’entretien, Bernie Sanders a répété à plusieurs reprises que les démocrates doivent montrer de manière vigoureuse et visible qu’ils se battent pour améliorer la vie des Américains de la classe laborieuse. «La vérité est que les gens vont travailler, et la moitié d’entre eux vivent d’un salaire à l’autre», a déclaré Sanders. «Les gens ont des difficultés avec les soins de santé, avec les médicaments sur ordonnance. Les jeunes familles n’ont pas les moyens de faire garder leurs enfants. Les travailleurs et travailleuses plus âgés s’inquiètent à mort pour leur retraite.»

***

Bernie Sanders est depuis longtemps préoccupé par l’inégalité croissante des fortunes et des revenus en Amérique, mais il a clairement indiqué qu’il pense qu’il est temps pour les démocrates de s’attaquer aux ultra-riches et aux puissantes entreprises – une démarche qui, selon lui, serait soutenue par un grand nombre d’Américains. «Ils veulent que les riches commencent à payer leur juste part d’impôts», a-t-il déclaré. «Ils pensent qu’il est absurde que Jeff Bezos [Amazon] et Elon Musk [Tesla, entre autres] ne paient pas un centime d’impôt fédéral.»

Il a félicité Biden pour avoir fait pression en faveur de l’amélioration de la garde d’enfants et de l’extension du crédit d’impôt pour enfants. Mais il a ajouté qu’il serait également bon de «montrer aux travailleurs et travailleuses que vous êtes prêts à vous lever et à vous attaquer en ce moment à la cupidité de la classe dirigeante en Amérique». Il a pointé à plusieurs reprises les prix élevés des médicaments sur ordonnance comme un exemple de la «cupidité des entreprises».

«Il n’y a pas de question qui préoccupe plus les gens que le fait que nous payons les prix les plus élevés au monde pour les médicaments sur ordonnance», a-t-il déclaré, ajoutant que l’industrie pharmaceutique dispose de 1500 lobbyistes à Washington qui «ont tout essayé pour s’assurer que nous ne réduisions pas le prix des produits pharmaceutiques».

Le sénateur a ajouté: «Je pense que les démocrates vont devoir faire le ménage et dire aux compagnies pharmaceutiques – et le dire fort – que nous parlons des besoins de la classe laborieuse – et utiliser l’expression “classe laborieuse”. Les démocrates doivent faire savoir clairement qu’ils sont du côté de la classe laborieuse et prêts à s’attaquer aux riches et aux puissants. Ce n’est pas seulement la bonne chose à faire, mais je pense que ce serait politiquement la bonne chose à faire.»

***

Mercredi soir 5 janvier, Bernie Sanders a fait une émission nationale en direct au cours de laquelle il s’est entretenu avec les dirigeants de trois longues grèves: Warrior Met Coal en Alabama, Special Metals en Virginie-Occidentale et la filiale Jon Donaire Desserts de la Rich Product Corporation en Californie du Sud. Faisant remarquer que des fonds spéculatifs ou des milliardaires détiennent d’importantes participations dans ces trois entreprises, il a condamné le fait que ces dernières offrent des augmentations de salaire réduites ou exigent que les travailleurs et travailleuses paient beaucoup plus pour leur couverture médicale, alors même que la richesse de leurs propriétaires a grimpé en flèche pendant la pandémie, grâce à l’essor de la bourse.

«Ces entités, où les gens au sommet ont fait des affaires phénoménales, exploitent leurs travailleurs et travailleuses et abaissent le niveau de vie des travailleurs qui sont actuellement en grève», a déclaré Sanders. «C’est inacceptable.»

En décembre 2021, Bernie Sanders s’est rendu à Battle Creek, dans le Michigan, pour soutenir les 1400 travailleurs de Kellogg’s qui étaient en grève dans les usines de céréales de cette ville ainsi qu’à Memphis, dans le Tennessee, à Omaha, dans le Nebraska, et à Lancaster, en Pennsylvanie. Lors de l’entretien, Bernie Sanders a déclaré: «Je pense que le Parti démocrate doit aborder le débat qui couve depuis longtemps, à savoir: de quel côté êtes-vous? Sommes-nous prêts à nous tenir aux côtés des familles de travailleurs et travailleuses et à nous attaquer aux puissants intérêts des entreprises?»

Bernie Sanders s’est dit fâché par l’absence de progrès sur la loi «Build Back Better» de Joe Biden, que les démocrates ont cherché à faire adopter par réconciliation budgétaire [accord minimal pour mettre fin à l’obstruction au Sénat], un processus qui ne nécessite qu’une majorité simple pour être adopté. Cet effort a été ralenti par de longues négociations avec les sénateurs dits centristes Joe Manchin (Virginie-Occidentale) et Kyrsten Sinema (Arizona), puis bloqué lorsque Joe Manchin a déclaré qu’il s’opposait au paquet de 2 milliards de dollars, ce qui a déclenché la colère de la gauche démocrate et un profond mécontentement à la Maison-Blanche.

***

«Nous avons essayé une stratégie au cours des derniers mois, qui a consisté principalement en des négociations parallèles avec une poignée de sénateurs», a déclaré Sanders. «Cela n’a pas réussi sur Build Back Better ou sur les droits de vote. Cette stratégie a démoralisé des millions d’Américains.»

Il a appelé à relancer une version robuste de Build Back Better et a également appelé à présenter au vote des parties spécifiques de cette législation qui aideraient les Américains de la classe laborieuse. «Nous devons mettre ces sujets sur la table», a déclaré Sanders. «La grande majorité des gens dans le caucus [démocrate] sont prêts à se battre pour une bonne politique.»

Sanders a ajouté: «Si j’étais la sénatrice Kyrsten Sinema et qu’un vote était prévu pour réduire le coût outrageusement élevé des médicaments sur ordonnance, je réfléchirais à deux fois avant de voter contre si je veux être réélu en Arizona. Si j’étais Joe Manchin et que je savais que des dizaines de milliers de familles en difficulté en Virginie-Occidentale ont bénéficié de l’élargissement du crédit d’impôt pour enfants, je réfléchirais longuement avant de voter contre.»

Bernie Sanders a également appelé à légiférer sur une autre question qu’il a défendue: faire en sorte que Medicare [assurance maladie pour les personnes âgées de plus de 65 ans, ainsi que pour certaines personnes frappées de handicap] fournisse des prestations dentaires, visuelles et auditives. «Toutes ces questions, ce n’est pas simplement Bernie Sanders qui intervient et dit que ce serait une chose formidable», a-t-il déclaré. «Ce sont des questions extrêmement populaires, et sur chacune d’entre elles, les républicains sont dans l’opposition. Mais beaucoup de gens ne le savent pas parce que les républicains n’ont pas été forcés de voter sur ces questions.» (Article publié par le Guardian, le 10 janvier 2022; traduction rédaction A l’Encontre)

Nenhum comentário:

Postar um comentário