Pages

Le lancement, en 1910, de la Journée de la femme

Do Alencontre8 mars 2021 


Le 8 mars 2021 marque le 110e anniversaire de la première commémoration de la Journée internationale de la femme par le mouvement ouvrier. Publié pour la première fois dans Die Gleichheit, n° 25 (12 septembre 1910), cet article décrit le déroulement du Congrès socialiste international des femmes de 1910 à Copenhague. Ce Congrès a adopté la résolution d’établir une journée comme une manifestation régulière du calendrier socialiste international. Ce fut le 19 mars 1911 que fut organisée la première Journée des femmes.

Cet article informe sur la dynamique internationaliste, certes inégale, du mouvement des femmes socialistes et sur les thèmes et débats, qu’il faut évidemment contextualiser, qui l’occupent.

L’article non signé fut publié dans Die Gleichheit (L’Égalité), le bimensuel du mouvement des femmes de la social-démocratie allemande. Die Gleichheit était placé sous la direction de Clara Zetkin. Il insistait sur le fait que la libération des femmes présupposait une organisation politique de la classe ouvrière. En 1917, Clara Zetkin a été démise de ses fonctions de rédactrice par la direction du SPD: le journal avait lutté contre la politique de la «paix des forteresses» du SPD pendant la Première Guerre mondiale.

***
«Le deuxième Congrès international socialiste des femmes à Copenhague, en 1910»

L’importance de la deuxième Conférence internationale des femmes socialistes ne doit pas être jugée à l’aune de sa présentation dans la presse. Elle y a été éclipsée par l’événement plus important et plus significatif qui l’a précédée – le Congrès socialiste international – à tel point que les caractéristiques essentielles et la signification de la Conférence des femmes n’ont pu être clairement exposées.

Son importance et ses réalisations, cependant, trouveront sans aucun doute leur expression dans l’activité des camarades femmes de tous les pays qui ont envoyé leurs représentantes à la réunion. Et c’est cela qui compte. Si nous examinons les résultats des travaux de Copenhague sous cet angle, les camarades femmes devraient en être satisfaites. La conférence a élargi et renforcé les relations entre les femmes socialistes des différents pays et, sur un point ou un autre, elle a permis de mieux comprendre les caractéristiques essentielles du mouvement. Pour certains, elle a mis en lumière l’attitude socialiste fondamentale sur de nombreuses questions importantes, tandis que pour d’autres, elle a débouché sur de nouvelles et fructueuses suggestions de mise en pratique. Ainsi, personne n’est rentré des réunions les mains vides, et celles qui avaient des choses à proposer dans un domaine en ont profité dans un autre. La prise de conscience positive de cette interaction ne peut que contribuer à renforcer les liens qui unissent les camarades femmes de tous les pays dans leur volonté de travailler de la manière la plus régulière possible au service du grand objectif commun du socialisme.

Si la nécessité d’une coordination internationale entre les femmes socialistes n’avait pas encore été établie, la Conférence de Copenhague l’a fait non seulement par son importante participation, qui témoigne d’un besoin vivement ressenti de telles discussions, mais aussi, et surtout, par le déroulement des échanges. Des déléguées de 17 nations différentes étaient présentes et il est à la fois compréhensible et extrêmement gratifiant que les camarades danoises et suédoises aient envoyé une délégation particulièrement forte. On peut espérer que désormais les camarades femmes des pays scandinaves – dont le travail fait preuve à la fois de tant de fraîcheur et d’un enthousiasme profond mais maîtrisé – auront établi des contacts étroits avec l’Internationale socialiste des Femmes. Il en va de même pour les camarades des Etats-Unis, mais il faudra du temps pour qu’un mouvement féministe socialiste organisé se développe dans les pays de langue latine [1] et cherche à établir des liens avec les mouvements frères à l’étranger.

De nombreux signes montrent que nos espoirs à cet égard sont certainement justifiés. L’association professionnelle des couturières et des décoratrices de magasins de Lisbonne a voulu exprimer sa solidarité avec les camarades du congrès et son désir d’être en contact permanent avec elles. Elle a donc donné un mandat dans ce sens à la camarade [Clara] Zetkin. Au sein du Parti socialiste italien, on reconnaît de plus en plus que les femmes des travailleurs doivent elles aussi être formées au socialisme et réunies au sein d’une organisation. Une discussion sur la question des femmes lors du prochain congrès du parti doit mettre en route le travail systématique correspondant et élaborer des lignes directrices à cet effet.

Le comité exécutif de notre parti «frère» en Italie a donc envoyé la camarade [Angelica] Balabanoff [2] à la conférence en tant que déléguée et a transmis ses sincères félicitations pour les travaux du congrès. Ce message est malheureusement arrivé trop tard pour être lu. Il en va de même pour deux autres lettres: l’une de la camarade Tillmann, qui écrit au nom de l’Association nationale des femmes socialistes de Belgique, et l’autre d’un groupe de femmes socialistes récemment fondé à Lille (dans le nord de la France). Nous sommes convaincues que les débuts de l’activité unifiée des camarades femmes dans les pays de langue latine seront favorisés par ces liens internationaux. La prochaine Conférence internationale des femmes socialistes ne présentera donc plus les lacunes et les défauts dont nous sommes si douloureusement conscients à l’heure actuelle.

Lors des discussions sur les moyens de rendre plus régulières et plus solides les relations internationales entre les camarades femmes de tous les pays, de nombreuses propositions et suggestions ont été faites concernant des éléments qui existent déjà, comme l’échange international de publications féminines socialistes, la présentation des échanges écrits à un bureau central pour une diffusion plus poussée, etc. Bien sûr, ces propositions venaient de camarades qui n’avaient que récemment, ou presque jamais, pris contact avec le Secrétariat international [de l’Internationale des femmes].

La proposition de nos camarades néerlandaises de créer un journal international des femmes était beaucoup plus ambitieuse. Ce journal fournirait non seulement des informations sur l’état du mouvement socialiste des femmes dans les différents pays, mais traiterait également des problèmes d’actualité ayant trait à la question des femmes d’un point de vue socialiste, en tenant compte de tout ce qui se rapporte à cette question. Les camarades ont justifié cette demande notamment en se référant à la nécessité urgente de former les camarades femmes sur les thèmes fondamentaux et au traitement inadéquat des différents aspects de la question féminine dans la presse socialiste.

Les camarades néerlandais ont retiré leur motion après que la camarade Zietz [3] a démontré de manière convaincante à la fois l’impossibilité pratique de sa réalisation et que cette nécessité devait être traitée d’une autre manière. Par l’intermédiaire de leurs correspondantes, les camarades des différents pays devraient, selon elle, faire part de leur souhait de voir les questions posées par une militante faire l’objet d’une discussion théorique par secrétaire international, qui veillerait alors à ce qu’elles soient traitées dans Die Gleichheit. La camarade Zietz a fait remarquer à juste titre que les articles en question seraient utiles non seulement aux camarades femmes à l’étranger, mais aussi aux femmes nouvellement recrutées. Sa suggestion a été généralement approuvée, car Die Gleichheit a certainement fait ses preuves en tant qu’institution centrale et publication pour la correspondance internationale.
Pas de compromis

Le point culminant de la conférence a sans aucun doute été la discussion sur le suffrage féminin. Une fois de plus, il est apparu que, dès que de grandes questions de principe sont débattues, les débats acquièrent une teneur, une force et un momentum. Et ce fut le cas ici aussi. Les camarades présentes qui connaissaient la situation et savaient qu’un nombre non négligeable de camarades anglaises de premier plan – malgré toutes les résolutions adoptées par les congrès des syndicats et des partis dans leur propre pays et par le Congrès socialiste international en 1907 – luttaient malheureusement aux côtés des militants bourgeois des droits des femmes pour un suffrage féminin restreint. Pour les camarades qui connaissaient cette situation, il était clair, dès le départ, que les discussions ne tourneraient pas autour de la question des moyens, mais du but lui-même. Et c’est ainsi que cela s’est produit.

Les camarades anglais, bien représentées, qui appartiennent à l’Independent Labour Party et à la Fabian Society, ont chaleureusement plaidé pour que le passage caractérisant la restriction du droit de vote des femmes de manière nette et fondée sur des principes soit supprimé de la résolution qui proclamait la lutte pour le suffrage universel pour tous les adultes. Cette caractérisation, ont-elles affirmé, était une condamnation indirecte de l’attitude des camarades qui avaient initialement soutenu la demande d’un droit de vote restreint pour les femmes en Angleterre.

Les camarades Murphy, Butcher, Philips [4] et d’autres ont essayé en vain de justifier cette position. Leur raisonnement est bien connu: la nature et les effets d’un suffrage restreint ne sont pas aussi mauvais qu’ils n’y paraissent en principe, disaient-ils. Ce type de suffrage ne pouvait, bien sûr, pas être l’objectif global de la lutte pour l’émancipation politique du sexe féminin, mais représentait un pas important dans cette direction; en Angleterre, elles devaient accepter ce qui pouvait être réalisé à ce moment-là et ainsi de suite. Le fait que ce raisonnement ait été répété à plusieurs reprises n’en a pas exactement renforcé sa force. Il n’est pas non plus plus convaincant du fait qu’il est associé à une glorification du bon cœur et de l’esprit des dames bourgeoises, ainsi que des avantages que l’on peut tirer d’un travail en commun avec les femmes de droite [5]: en bref, ce raisonnement ne permet pas de comprendre correctement la signification des contradictions de classe.

Il a aussi complètement miné l’impact du discours de Mme Charlotte Despard [6] – l’une des dirigeantes les plus passionnées et les plus énergiques des suffragettes –dans lequel elle a défendu un droit de vote restreint pour les femmes. Il est certain que toutes les déléguées ont été unanimes à tenir en haute estime cette femme âgée, distinguée et les vertus civiques qu’elle a pratiquées. Cependant, l’écrasante majorité d’entre elles étaient tout aussi unanimes à regretter que de si grandes et belles qualités soient gaspillées sur une question aussi insignifiante et malheureuse que le suffrage féminin restreint.

Les délégués ont répondu par un «non» quasi unanime et sans équivoque à la proposition de préconiser le suffrage universel sans dénonciation correspondante du suffrage féminin restreint. La résolution a été adoptée avec 10 voix contre, qui ont été exprimées par une partie de la délégation anglaise. Dirigée par la camarade Montefiore [7], la louable championne du suffrage pour tous les adultes, une minorité de cette délégation a vivement critiqué la tactique du compromis.


Le débat qui a précédé le vote a démontré de façon éclatante combien la conférence de Stuttgart [8] a été fructueuse et combien le mouvement international des femmes socialistes doit clarté et consolidation à ses travaux. Ce fut un plaisir d’écouter les discours des camarades Twining [9] et May Wood-Simons [10] des États-Unis, des camarades Dahlström et Gustafson de Suède, de la camarade Gjöstein de Norvège, de la camarade Kollontai de Russie, des camarades Zietz et Popp d’Allemagne et d’Autriche respectivement, des camarades Montefiore, Grundy et Burrows d’Angleterre. Dans chaque discours, le ton fondamental était le même mais sans répétition fatigante, car dans chaque discours, la compréhension claire des principes était étayée par des faits utiles qui soulignaient le caractère et les effets du suffrage féminin restreint et le rôle des antagonismes de classe dans le monde des femmes [Frauenwelt].

Les déclarations faites par nos camarades des Etats-Unis méritent une mention spéciale dans ce contexte. Elles ont présenté une splendide réfutation du conte de fées tendrement raconté de la fraternité du sexe féminin; le conte de fées du mouvement féminin bourgeois montrant une sympathie pour les intérêts du prolétariat, partout où ce mouvement est en plein essor et où ses revendications politiques ont été satisfaites.

Il convient de noter que la résolution des camarades allemandes sur la question du vote des femmes a été améliorée par deux amendements des camarades autrichiennes. Ils évitent tout malentendu sur notre revendication en demandant expressément le droit de vote des femmes dans les différents États fédéraux ou les terres de la Couronne, et demandent le droit des femmes à se présenter dans tous les organes législatifs et administratifs.

Les propositions relatives à la manière de développer une intervention pratique aussi semblable que possible pour l’introduction du suffrage féminin ont été approuvées à l’unanimité. Il appartient maintenant aux camarades femmes de tous les pays de mettre ces résolutions en pratique. Cela vaut en particulier pour la décision de déployer un nouveau moyen d’agitation sous la forme de la «Journée de la femme»: nous utilisons ce nouveau moyen sans aucune illusion. Nous savons qu’il ne s’agit pas d’une conquête mondiale des droits politiques des femmes, mais nous avons aussi la ferme volonté de lui donner la portée pratique qu’une Journée de la femme bien préparée peut et doit éventuellement gagner.

La Conférence des femmes n’a pas été épargnée par la perte de concentration et de fraîcheur qui, comme le montre l’expérience dans toutes les conférences, tend à suivre les grands débats de principe. Nous regrettons que le traitement des questions de la garde sociale des enfants et des écoles en ait souffert. La discussion de ces questions a également souffert d’autres facteurs, tels que le manque de temps et la discussion d’un sujet qui n’avait pas été prévu, à savoir l’interdiction du travail de nuit pour les femmes.

Par conséquent, la question de la maternité et de la garde des enfants ne pouvait être traitée avec l’ampleur et la profondeur que méritait l’éventail des conditions et des revendications de réforme. La camarade Duncker [11], qui s’est exprimée au sujet de la résolution des camarades allemandes, a fait un exposé concis mais incisif sur ce sujet, qui, avec le discours des camarades Nielsen [12] (Danemark) et Pärsinnei (Finlande), a mis en évidence le nombre d’informations factuelles que nous aurions pu obtenir en poursuivant la discussion.

Le débat s’est conclu par l’adoption d’une résolution des camarades allemandes et d’une motion de l’Angleterre, qui ont énoncé le principe général selon lequel la société est obligée de s’occuper de la mère et de l’enfant. À notre avis, cela ne règle pas une fois pour toutes cette question importante pour les camarades femmes des différents pays. Certains de ses aspects devront être traités à une autre occasion: nous pensons notamment aux importantes mesures sociales en faveur des enfants en âge scolaire qui ne sont pas prévues. La conférence a également renvoyé à la prochaine conférence deux motions de nos camarades finlandaises sur la position des mères qui ont accouché hors mariage et sur la punition de l’infanticide.

Contentieux

Le fait qu’une conférence socialiste des femmes puisse être appelée à s’opposer à l’interdiction du travail de nuit pour les femmes a été une douloureuse surprise pour certaines camarades. Cette revendication a été soutenue avec passion par la grande majorité des déléguées danoises et suédoises. Elle est caractéristique du fait que le mouvement dans ces pays n’a pas renoncé à l’influence des opinions féministes ni aux liens étroits d’une évaluation égoïste des réalités par les professionnels de la corporation. C’est la position mécanique féministe du «droit des femmes au travail», de l’«égalité des sexes» qui a conduit à cette exigence, des considérations qui n’ont pris en compte que la situation du petit groupe de femmes compositrices dans l’imprimerie: «Pas d’interdiction du travail de nuit pour les femmes».Malheureusement, la majorité des camarades suédoises a déjà rendu difficile pour le parti social-démocrate sur place de défendre cette réforme urgente en organisant une action de protestation. Au Danemark, le parti social-démocrate se trouve également dans la situation embarrassante où un nombre considérable de camarades femmes luttent encore contre l’interdiction du travail de nuit des femmes.

Au vu de cette situation, une confrontation sur cette question litigieuse – qui n’est plus du tout un problème pour les camarades féminines dans aucun autre pays – est devenue inévitable. Au dernier moment, des camarades danoises ont présenté une motion contre l’interdiction du travail de nuit des femmes, qui, selon la décision de la conférence, devait être traitée en même temps que l’aide sociale pour la mère et l’enfant. La protestation contre l’interdiction est venue en particulier de la camarade danoise Frone, conseillère municipale sociale-démocrate de Copenhague, qui s’est exprimée avec force et entrain. Elle a obtenu le soutien de la grande majorité des délégués danois et suédois.

La camarade Vang (Copenhague) a répondu à cette protestation par une déclaration dans laquelle, en tant que membre du comité exécutif du parti social-démocrate, elle a brièvement expliqué le point de vue opposé des sociaux-démocrates danois et de la minorité des délégués danois à la conférence des femmes. La camarade Hanna [13], représentante de la commission des femmes travailleuses des syndicats allemands, s’est prononcée de manière convaincante contre cette motion. Lors du vote, toutes les nations représentées se sont prononcées contre la proposition, à l’exception des délégations danoise et suédoise, qui ont cependant également exprimé une minorité contre. Nous espérons que ces discussions contribueront à soutenir le travail éducatif mené par cette minorité et à amener l’ensemble des camarades féminines danoises et suédoises à exiger l’interdiction du travail de nuit pour les femmes.

Les camarades danoises avaient déposé une deuxième motion pour appeler les partis sociaux-démocrates de tous les pays à soutenir vigoureusement l’interdiction légale du travail domestique salarié [14]. Elles l’ont toutefois retirée après que la délégation allemande ait répondu par une contre-résolution, demandant sa réglementation légale et sa restructuration.

Deux propositions de la Ligue pour les intérêts des femmes travailleuses en Angleterre (League for the Interests of Working Women in England) ont été approuvées en principe par la conférence. L’une se prononce en faveur d’une assurance d’État pour les veuves, l’autre en faveur de mesures en faveur des femmes au chômage. Les degrés très différents de développement interne et externe du mouvement des femmes dans les différents pays ont été exprimés par de nombreuses motions qui réclamaient ce qui existe depuis longtemps, et est devenu une évidence, partout où les camarades femmes sont bien organisées et ont une conscience claire de leurs objectifs dans leurs rangs.

Afin de promouvoir le progrès du mouvement dans les pays où ce n’est pas encore le cas, la conférence a approuvé en principe plusieurs propositions de ce type. Elles concernent la mobilisation du prolétariat féminin, la formation des camarades, l’affiliation au parti et aux syndicats, le soutien moral et matériel aux publications féminines sociales-démocrates, etc. Plus importante encore est une résolution des camarades féminines d’Autriche – dont le camarade Freundlich [15] a été l’instigatrice effective – qui vise à faire de l’augmentation artificielle du coût de la vie du prolétariat le point de départ d’une agitation systématique susceptible d’éclairer les femmes sur la nature de l’ordre social capitaliste et de les amener à rejoindre les organisations politiques, les syndicats et les associations de consommateurs dans lesquels l’esprit du mouvement ouvrier moderne est vivant.

Deux autres décisions de la conférence méritent une mention spéciale. Avant de commencer ses travaux, la conférence a adopté par acclamation une résolution présentée et proposée par la camarade Clara Zetkin qui dénonçait l’attaque du tsarisme russe contre la liberté politique de la Finlande et exprimait la plus profonde sympathie pour la lutte du peuple finlandais pour ses droits. De même par acclamation, la conférence a adopté la résolution des délégations allemande et autrichienne et du Bureau des femmes socialistes en Angleterre qui rappelle aux femmes socialistes de tous les pays la tâche particulière qui leur incombe dans la lutte contre le militarisme et la guerre: éduquer les jeunes aux idées socialistes et, par une agitation incessante du prolétariat féminin, renforcer la prise de conscience du pouvoir dont jouissent les femmes en raison de leur rôle dans la vie économique qu’elles peuvent – et doivent – affirmer. Avec cette résolution, la conférence a traité des propositions de la Suède et de l’Angleterre qui allaient dans le sens des splendides remarques de la camarade Ihrer [16] sur la nécessité d’inscrire le maintien de la paix à l’ordre du jour de la conférence.

Stimuler

En conclusion, il convient de noter que la conférence a été ravie de recevoir une lettre d’August Bebel [qui avait publié en 1879 La Femme et le socialisme]. Les applaudissements nourris avec lesquels les déléguées ont accueilli la lettre et la proposition de lui adresser les meilleurs remerciements et les vœux les plus chaleureux de la conférence, témoignent de la profonde admiration que les camarades femmes de tous les pays portent à ce grand champion des droits du sexe féminin et de la libération de la classe ouvrière.

Le Secrétariat international des femmes continuera d’exister sous sa forme actuelle. La camarade Zetkin a été réélue à l’unanimité comme secrétaire international. La troisième conférence internationale des femmes aura lieu après le prochain Congrès socialiste international, qui aura lieu en 1913 à Vienne [17]. À l’avenir, un comité de travail composé de camarades de différents pays participera à la préparation et à l’organisation des conférences, afin qu’une réunion préliminaire puisse avoir lieu en temps voulu pour prendre les dispositions nécessaires à des discussions fructueuses. […] La jeune internationale socialiste des femmes n’a qu’un seul slogan: «En avant!» (Article publié Weekly Worker le 4 mars 2021, traduction rédaction A l’Encontre)

______

[1] Autrement dit l’italien, le portugais, l’espagnol et le roumain et le francais.

[2] Angelica Balabanoff (1878-1965) était une communiste juive italienne russe qui est devenue la dirigeante du parti socialiste italien et a ensuite été secrétaire de la Troisième Internationale.

[3] Luise Zietz (1865-1922) a été membre de la direction du SPD à partir de 1908 et secrétaire de l’USPD à partir de 1917. Elle s’est opposée à l’affiliation de l’USPD au Comintern en 1920.

[4] Marion Phillips (1881-1932) était une Fabienne qui est devenue députée travailliste de Sunderland entre 1929 et 1931.

[5] Frauenrechtlerei: le mouvement officiel des droits de la femme de l’époque était bourgeois dans sa composition sociale et ses perspectives politiques.

[6] Charlotte Despard (1844-1939) était une républicaine et une militante des droits des femmes qui a participé à des campagnes jusqu’à ses 90 ans. En 1930, elle est devenue une fan de l’Union soviétique de Staline et a rejoint le CPGB.

[7] Dora Montefiore (1851-1933) était une militante socialiste qui critiquait la direction de l’Union sociale et politique des femmes dirigée par Emmeline et Christabel Pankhurst. En 1920, elle est devenue l’un des membres fondateurs du CPGB.

[8] Le premier Congrès des femmes socialistes internationales, Stuttgart, août 1907, s’est tenu juste avant la 7e Conférence de la Deuxième Internationale.

[9] Luella Twining (1871-1939) était une figure importante du mouvement ouvrier américain. Elle était connue, aux côtés d’Elizabeth Gurley Flynn, comme «la Jeanne d’Arc de la classe ouvrière».

[10] May Wood Simons (1876-1948) était une écrivaine, une enseignante et une socialiste américaine. Simons a traduit plusieurs livres de marxistes germanophones.

[11] Käte Duncker (1871-1953) était une militante politique allemande qui a été active au sein du SPD et a joué un rôle dans la cohésion de l’opposition anti-guerre autour de la Ligue Spartacus.

[12] Marie-Sophie Nielsen (1875-1951) était un membre fondateur du Parti socialiste ouvrier danois et du Parti communiste du Danemark.

[13] Gertrud Hanna (1876-1944) était une syndicaliste allemande et une politicienne du SPD.

[15] Ce travail domestique salarié était une caractéristique commune de l’époque. Les femmes occupaient ces emplois afin de pouvoir gagner un peu d’argent, tout en s’occupant de leurs enfants et du ménage. Les salaires étaient bas et les heures de travail épuisantes.

[15] Emma Freundlich (1878-1948) était une écrivaine et militante autrichienne. En 1919, elle a été l’une des huit femmes élues à l’Assemblée constituante, devenant ainsi l’une des huit premières femmes parlementaires du pays.

[16] Emma Ihrer (1857-1911) était la rédactrice en chef du prédécesseur de Die Gleichheit, qui s’intitulait Die Arbeiterin (La travailleuse).

[17] Le Congrès socialiste international prévu à Vienne n’a jamais eu lieu. Un «Congrès extraordinaire» a eu lieu à Bâle en 1912, avec pour toile de fond la menace croissante de guerre, mais ce devait être le dernier avant la Première Guerre mondiale, car le Congrès de Vienne – repoussé à 1914 – a été annulé. Contrairement à l’Internationale socialiste dans son ensemble, l’Internationale des femmes a continué à se réunir pendant toute la guerre, avec des réunions à Berne (1915) et à Stockholm (1917).

Nenhum comentário:

Postar um comentário