Pages

Ecologie-débat. «Lithium, piles et changement climatique»

Do Alencontre Débats3 mars 2021
Par Jonathan Neale


J’ai passé l’année dernière à travailler sur un livre intitulé Fight the Fire: Green New Deals and Global Climate Jobs. Il traite principalement de la politique et de l’ingénierie de toute transition possible permettant d’éviter un effondrement catastrophique du climat. Une chose à laquelle j’ai dû réfléchir longuement et sérieusement est le lithium et les batteries de voiture.

J’entends souvent les gens dire que nous ne pouvons pas couvrir le monde avec des véhicules électriques, parce qu’il n’y a tout simplement pas assez de lithium pour les batteries. En tout cas, ajoutent-ils, la production de lithium est toxique, et les seuls approvisionnements proviennent des pays du Sud. En outre, comme le dit l’histoire, il n’y a pas assez de métaux de terres rares pour les éoliennes et pour tout le matériel dont nous aurons besoin pour les énergies renouvelables.

Les gens sourient souvent après avoir affirmé cela, ce qui est difficile à comprendre pour moi, car cela signifie que huit milliards de personnes iront en enfer.

Je suis donc allé me renseigner sur les piles au lithium et les utilisations de terres rares. J’ai découvert que la transition sera possible, mais que ni la politique ni l’ingénierie ne sont simples. Cet article explique pourquoi. Je commence par décrire la situation simplement, puis j’ajoute une partie de la complexité.

Le lithium est un métal utilisé dans presque toutes les batteries des véhicules électriques aujourd’hui. Environ la moitié de la production mondiale de lithium est actuellement destinée aux véhicules électriques. A l’avenir, nous devrons faire passer la production de véhicules électriques de milliers d’exemplaires à des centaines de millions. Cela nécessitera de grandes quantités de lithium.

Il y a trois façons d’extraire le lithium. Il peut être extrait de la roche. Il peut être extrait de la saumure qui reste lorsque l’eau de mer passe par une usine de dessalement. Ou bien il peut être extrait des gisements de saumure particulièrement riches en lithium. Ces gisements de saumure sont le moyen le plus courant d’extraire le lithium actuellement, car il est de loin le moins cher. La plupart des gisements connus de saumure riches en lithium se trouvent dans les hautes terres arides où se rejoignent la Bolivie, le Chili et l’Argentine.

L’exploitation du lithium est bien établie au Chili et en Argentine. Dans ces deux pays, les populations indigènes locales se sont organisées contre l’exploitation minière, mais n’ont pas réussi jusqu’à présent à l’arrêter. L’extraction est toxique, car de grandes quantités d’acide sont utilisées dans le traitement. Mais l’exploitation minière utilise également de grandes quantités d’eau dans des endroits qui n’ont déjà pas assez d’humidité. Le résultat est que les terres ancestrales deviennent invivables.

La Bolivie possède peut-être des gisements de lithium encore plus riches que l’Argentine et le Chili, mais l’exploitation minière n’est pas encore développée. Le gouvernement bolivien a été dirigé par le socialiste indigène Evo Morales de 2006 à 2019. Morales avait été propulsé au pouvoir par un mouvement de masse qui s’était engagé à reprendre aux multinationales le contrôle des ressources en eau, en gaz et en pétrole de la Bolivie. Morales n’a pas réussi à nationaliser les firmes, mais il a insisté pour que le gouvernement reçoive une part beaucoup plus importante des revenus du pétrole et du gaz [1].

Son gouvernement a prévu d’aller encore plus loin avec le lithium. Evo Morales voulait exploiter le lithium en Bolivie, mais il voulait construire des usines à côté des mines pour fabriquer des batteries. Dans un monde de plus en plus affamé de batteries, cela aurait pu faire de la Bolivie une nation industrielle, et non pas seulement un lieu d’exploitation-extraction des ressources.

Le gouvernement d’ Evo Morales n’a cependant pas été en mesure de réunir les fonds d’investissement nécessaires. Le capital mondial, Tesla [constructeur de voitures, entre autres], les grandes banques et la Banque mondiale n’avaient pas l’intention de soutenir un tel projet. Et s’ils l’avaient fait, ils ne l’auraient pas fait en accord avec un socialiste comme Morales. Puis, en 2019, un coup d’État mené par les capitalistes boliviens, et soutenu par les États-Unis, a «écarté» Morales. La résistance populaire généralisée a forcé la tenue d’une nouvelle élection en octobre 2020. Le parti de Morales, le Mouvement pour le socialisme, l’emporte, avec Luis Arce (ministre de l’Economie sous Morales), bien que Morales lui-même soit «hors-jeu». On ne sait pas encore ce qu’il adviendra du lithium.

Voici un premier niveau de complexité. Les indigènes locaux ne voulaient pas que le lithium soit extrait. Le gouvernement socialiste ne voulait pas d’extractavisme, mais il voulait le développement industriel.

Ce ne sont pas les seuls choix possibles.

Tout d’abord, il y a d’autres moyens, plus coûteux, d’extraire le lithium. Il peut être extrait de la roche dure, par exemple en Chine ou aux États-Unis. Plus important encore, les batteries ne doivent pas être fabriquées à partir de lithium. Les voitures ont utilisé des batteries pendant près d’un siècle avant que Sony ne développe une batterie lithium-ion commerciale en 1991. Les ingénieurs de nombreuses universités expérimentent toute une série d’autres matériaux pour fabriquer des batteries. Mais même sans se tourner vers l’avenir, il serait possible de construire des batteries comme elles l’étaient auparavant. En effet, en janvier 2020, le service géologique américain a dressé la liste des métaux qui pourraient être substitués au lithium dans les anodes des batteries, à savoir le calcium, le magnésium, le mercure et le zinc [2].

La raison pour laquelle tous les fabricants utilisent actuellement le lithium est qu’il fournit une batterie plus légère qui dure plus longtemps. Cela donne une plus grande autonomie sans avoir à recharger la batterie, et permet d’obtenir une voiture beaucoup plus légère. En d’autres termes, les batteries au lithium sont moins chères.
Les métaux de terres rares

Des arguments similaires s’appliquent aux métaux de terres rares. Il existe plusieurs types de métaux de terres rares, chacun ayant des propriétés différentes. Ils sont largement utilisés, en petites quantités, dans les éoliennes, les batteries de voiture et bien d’autres technologies nécessaires au changement climatique. On dit souvent que cette rareté est un obstacle à la décarbonisation du monde.

Ce n’est pas tout à fait exact. Tout d’abord, les métaux de terres rares ne sont pas rares parce qu’on ne les trouve que dans quelques endroits du monde. Or, on les trouve dans de nombreux endroits, partout dans le monde. Le mot rare dans ce contexte signifie qu’ils se trouvent en très, très petites concentrations dans le minerai où ils sont extraits. Cela les rend fort chers. Il faut également extraire une grande quantité de minerai et le traiter ensuite avec des acides. Si elle n’est pas réglementée, la pollution est (et sera) intense. En d’autres termes, c’est de l’extractivisme [3].

Actuellement, la plupart des métaux de terres rares sont extraits en Chine. La géologie de la Chine n’a rien de particulier. La plupart d’entre eux pourraient être extraits aux États-Unis, ou dans une série d’autres pays. Le coltan en est un bon exemple. Il est utilisé dans de petits appareils électroniques portables. À un moment de la guerre civile au Congo, les mines de coltan ont été coupées par les combats pendant quelques semaines. Il y a eu dès lors une pénurie mondiale de smartphones, et un retard dans l’approvisionnement des playstations. En 2009, de nombreuses sources répétaient que 80% des réserves de coltan se trouvaient en Afrique. Les réserves sont difficiles à estimer, mais en 2009, environ 30% du coltan était extrait en République démocratique du Congo. Cela était dû au fait que la plus grande mine de coltan du monde, Wodginga en Australie, avait fermé fin 2008. À ce moment-là, Wodginga fournissait 30% des marchés mondiaux du coltan, mais sa production n’était pas rentable. Wodginga a rouvert en 2011, fermé en 2017, et est maintenant une mine de lithium. Il y a presque toujours une alternative à l’exploitation minière [4].

La Chine a deux «avantages». Le premier est que le gouvernement peut traiter brutalement les manifestants locaux contre la pollution. L’autre «avantage» est que le gouvernement chinois a décidé qu’il allait orienter son économie vers une industrie de haute technologie et de grande valeur, et que pour ce faire, il a besoin d’un approvisionnement fiable en métaux des terres rares.

Le gouvernement chinois a également pris la décision d’ouvrir des mines pour une large gamme de métaux de terres rares. La Chine domine ainsi le marché, car il n’est pas possible aujourd’hui de dire quels métaux seront nécessaires pour quelles industries dans dix ans. Ce que la Chine peut faire, et ce que les États-Unis ou l’Australie ne peuvent pas faire jusqu’à présent, c’est décider des investissements publics avant de savoir exactement ce qui sera nécessaire.

Mais comme pour le lithium, il y a toujours des alternatives. Les métaux des terres rares sont aujourd’hui principalement utilisés pour les écrans, les téléphones intelligents, les consoles de jeux, l’électronique et les ordinateurs portables. Vous pouvez avoir un téléphone, un ordinateur ou un écran sans métaux de terres rares. Mais une pincée de ce métal donne à l’écran une meilleure résolution, et permet de rendre l’appareil beaucoup plus petit. Steve Jobs savait ce qu’il voulait faire avec les téléphones bien avant de fabriquer l’iPhone. Mais Steve Jobs a dû attendre que les métaux rares nécessaires soient disponibles.

Tout cela signifie que lorsque les programmes d’emplois climatiques ont besoin de métaux de terres rares, ils peuvent toujours revenir à une technologie plus ancienne. Une pénurie de métaux rares ne signifie pas que les énergies renouvelables ne fonctionneront pas.


Batteries

Nous avons établi que les piles ne doivent pas nécessairement être fabriquées à partir de lithium. D’autres matériaux sont disponibles. Nous avons établi que la pénurie de lithium ne signifie pas que nous devons renoncer à la perspective que tous les véhicules soient électriques. D’autres types de batteries peuvent être utilisés. Le lithium peut être extrait d’autres régions du monde.

Dans un autre chapitre de mon livre, j’explique pourquoi l’hydrogène provenant de l’électrolyse avec de l’électricité renouvelable peut être utilisé dans les voitures à la place des batteries. Il y a de sérieux problèmes techniques, et encore une fois, c’est plus cher.

Nous n’avons donc pas besoin d’utiliser du lithium dans les batteries électriques. Nous n’avons pas besoin d’empoisonner les terres des peuples indigènes. De plus, une grande partie de l’empoisonnement a lieu parce que l’exploitation minière n’est pas réglementée. Une réglementation pourrait résoudre ce problème.

Ce qui semble très bien. Mais c’est ignorer les rapports de force qui permettent une extraction destructrice dans les pays pauvres du monde entier. Est-il naïf de penser que nous pouvons faire quelque chose à ce sujet?

Eh bien, dans l’état actuel des choses, il est difficile pour les populations locales, ou les peuples indigènes, de se défendre. C’est vrai en Papouasie-Nouvelle-Guinée, mais aussi en Argentine, en Chine et même avec l’extraction des sommets des montagnes en Virginie-Occidentale. Dans de nombreuses régions du monde, les ONG internationales encouragent les populations locales à faire campagne contre la pollution dans les médias et à intenter des procès dans des pays lointains. Parfois, cela fonctionne, mais les résultats ne sont pas bons et cela prend des années. En outre, les populations locales perdent le contrôle de leur campagne, ce qui signifie que l’ONG étrangère et les avocats peuvent régler leur affaire quand ils le souhaitent, aux conditions qu’ils acceptent [5].

L’agitation et l’organisation à l’intérieur du pays peuvent avoir un effet plus important. En 2020, une décision de justice au Chili en faveur des communautés indigènes a suspendu l’exploitation du lithium dans ce pays, et pourrait même l’arrêter complètement.

Tout cela vaut la peine de se battre. Mais la plus grande partie de mon livre traite de la manière dont nous pouvons nous battre et mettre en place un secteur public pour le développement d’emplois climatiques dans chaque pays. Et si nous gagnons ce combat – un grand «si» – le problème sera plus simple. Il deviendrait alors possible de contester le pouvoir destructeur des industries extractives. Les personnes dont les vies et les terres sont polluées ou noyées, en Bolivie par exemple, pourraient faire appel à la solidarité des personnes qui travaillent dans le nouveau service climatique, en France par exemple.

Le rapport de forces serait très différent de ce qu’il est aujourd’hui, lorsque les ONG tentent de faire pression et de «faire honte» aux grandes entreprises. Les travailleurs du service du climat en France seraient syndiqués.

L’organisation syndicale n’est jamais automatique. Mais si les gens ne peuvent pas organiser un syndicat dans un service du secteur public d’un million de personnes et, de plus, un service qui a été arraché au pouvoir établi par un mouvement de masse de millions de personnes, un mouvement de masse dans lequel les syndicats ont été décisifs, un mouvement de masse où tout le monde sait qu’ils font partie d’un mouvement mondial pour sauver la Terre – alors, franchement, vous ne pouvez pas organiser un syndicat n’importe où? De plus, si nous réussissons à créer des emplois dans le domaine du climat, nous aurons une main-d’œuvre profondément fière de sa mission pour sauver la Terre.

Tout cela suppose que les travailleurs du service climatique aient la sécurité de l’emploi, et des emplois gouvernementaux. Comme nous l’avons vu, il existe de nombreuses autres raisons pour lesquelles nous avons besoin de ces protections de toute façon. Mais dans cette situation, avec ces sentiments et ces forces en jeu, un appel à la solidarité avec des populations indigènes d’une vallée fluviale quelque part pourrait facilement amener des travailleurs à 12’000 kilomètres de distance à le dire à leur direction: «Nous allons utiliser du lithium provenant d’ailleurs. Ou d’un autre matériau. Ou des piles à combustible à hydrogène. Nous ne travaillons pas avec du lithium qui contient du sang.»

Des arguments similaires s’appliquent à presque tous les autres cas de l’industrie extractive. Les travailleurs qui s’offrent mutuellement leur solidarité peuvent transformer une course vers le bas en une course vers le haut. Et si cela vous semble peu probable, c’est parce que vous vivez maintenant, ici, sur cette Terre. Si nous pouvons le faire, le processus de sauvetage de cette Terre changera ce que les gens peuvent faire et imaginer.

En résumé, la transition énergétique actuelle est alimentée, dans de nombreux endroits, par une destruction et un empoisonnement effroyables lors de l’extraction des matières premières. Il n’est pas nécessaire qu’il en soit ainsi. (Article publié sur le site Climate&Capitalism, le 11 février 2021; traduction rédaction A l’Encontre)

________

[1] Jeffrey Webber, 2017, The Last Day of Oppression, and the First Day of the Same: The Politics and Economics of the New Latin American Left, London, Ed. Pluto; and Mike Gonzalez, 2019, The Ebb of the Pink Tide: The Decline of the Left in Latin America. Les deux ouvrages fournissent de bons guides sur la complexité et les contradictions du gouvernement d’Evo Morales, qui était le «résultat» d’un grand mouvement de masse et profondément conditionné par les pressions néolibérales. Mais la politique change à nouveau en Amérique latine, et une bonne analyse jusqu’à la minute près est celle de Pablo Solon, 2020, «Why Lucho and David won the Bolivian elections», Systematical Alternatives, Oct. 19.

[2] «Lithium», US Geological Service, Mineral Commodity Summaries, January, 2020.

[3] David Abraham, 2015, The Elements of Power: Gadgets, Guns and the Struggle for a Sustainable Future in the Rare Metal Age, New Haven: Yale University Press. Ouvrage brilliant.

[4] Michael Nest, 2011, Coltan, Cambridge, Ed. Polity.

[5] Stuart Kirsch, Mining Capitalism, Berkeley: University of California Press, le chapitre 2 est très bon à ce sujet.

__________

Le livre de Jonathan Neale, Fight the Fire est publié par le magazine The Ecologist, Resistance Books, l’Alternative Information and Development Centre et l’International Institute for Research and Education.

Un thème important n’est pas abordé ici: «la voiture électrique est-elle écologique?» Voir à ce sujet l’étude faite par le site Reporterre en date 1er septembre 2020 (premier article d’une série de trois).

Nenhum comentário:

Postar um comentário