Pages

Inde. La question des agriculteurs: «La capitale nationale appartient-elle aux hommes d’affaires, mais pas aux agriculteurs?»

Do Alencontre Inde27 janvier 2021
Por Sanjay K. Jha



Les paysans qui ont participé à la parade des tracteurs le jour de la «Republic Day parade» invoquent les provocations et la brutalité de la police et ont clairement indiqué que les paysans n’avaient pas l’intention de se livrer à la violence.

Ils ont affirmé que la police avait orchestré son action, laissant passer certains tracteurs et en arrêtant d’autres à plusieurs endroits, ce qui a créé de la confusion et de la colère.

Un groupe de paysans énervés de l’Uttarakhand [Etat de l’Inde du Nord] qui s’était déplacé vers le centre de Delhi, un itinéraire non autorisé, a déclaré qu’ils n’avaient fait que suivre les tracteurs devant eux qui avaient dégagé les barricades de la police et avaient continué leur chemin.

Ils ont dit que, désemparés, ils ne savaient pas où aller et qu’ils avaient suivi le défilé sans le vouloir. En chemin, ils avaient compris qu’aucun des paysans n’avait prévu de violence, bien que certains jeunes participants aient tenu à signaler leur présence dans le centre de Delhi. Gurmeet Singh, le plus âgé des participants, a déclaré: «La violence, quelle qu’elle soit, est due aux attaques de la police avec leurs lathis [longues matraques datant de l’époque coloniale qui peut blesser très gravement] et aux tentatives de nous repousser.»

Ashish Mittal, secrétaire général du All India Kisan Mazdoor Sabha, a expliqué au Telegraph après son retour, dans la soirée, au camp de Ghazipur [situé à la «frontière» de Delhi]: «Pourquoi la police était-elle déterminée à s’assurer que les agriculteurs n’entrent pas à Delhi? Il n’y a pas eu de consultation avec la majorité des syndicats lors de la détermination du trajet, qui est resté en grande partie dans la périphérie de Delhi. C’était un énorme manque de respect envers les paysans qui avaient promis de ne pas perturber le défilé officiel du Jour de la République. La capitale nationale n’appartient-elle pas aux agriculteurs? Les hommes d’affaires ont-ils une fois été empêchés de venir à Delhi?»

Interrogé sur le nombre anormalement élevé de personnes et de tracteurs cherchant à entrer à Delhi le Jour de la République, ce qui aurait pu créer des problèmes d’ordre public, Ashish Mittal a répondu: «La nation ne devrait-elle pas savoir qu’un nombre anormalement élevé de personnes sont bouleversées par ces trois lois et que les tracteurs sont arrivés aux frontières de Delhi depuis des coins reculés de l’Inde? Ceux qui s’indignent aujourd’hui n’ont-ils pas ressenti la douleur de ces gens qui protestent depuis des mois, parqués sur les routes, pendant 60 jours? Le Premier ministre [Narendra Modi] a-t-il prononcé un seul mot sur la mort de 162 agriculteurs jusqu’à présent?»

Le leader des agriculteurs a également contesté les allégations de violence, en déclarant: «Si les agriculteurs avaient une arrière-pensée, pourquoi sont-ils revenus dans les campements après le rassemblement? Dégager des barricades, cela relève de violence, mais tirer des grenades lacrymogènes et recourir à des charges avec des lathis n’en est pas une? Nous avons vu la police briser des vitres de voitures et de bus elle-même. Ils ont jeté des barrières métalliques sur des paysans qui étaient à terre. Deux paysans sont morts, plusieurs d’entre nous sont blessés. Il est incroyable qu’un gouvernement n’autorise pas les agriculteurs à entrer à Delhi pendant deux mois et lorsqu’ils veulent exprimer une protestation symbolique à l’intérieur de Delhi, le Jour de la République, la police se déchaîne pour les bloquer. Les médias qui nous accusent de violence devraient s’interroger sur l’essence de la démocratie.» (Article publié dans The Telegraph online, le 27 janvier 2021; traduction rédaction A l’Encontre)

Nenhum comentário:

Postar um comentário