Pages

Etats-Unis. Le langage de l’inaudible

Do Alencontre12 juin 2020
Por Sharon Smith


«Pouvez-vous nous entendre maintenant?» Ce sont les mots peints à la bombe sur les fenêtres de la East Lake Clinic de Minneapolis, près du poste de police de la 3e circonscription, que les manifestants ont incendié dans la nuit du 28 mai.
Le monde entier a dorénavant regardé quatre flics de Minneapolis assassiner George Floyd. Pourtant, il a fallu huit jours complets de protestations soutenues, massives et multiraciales dans des centaines de villes et de villages à travers les États-Unis avant que Derek Chauvin comparaisse devant un juge, accusé de meurtre au deuxième degré, le lundi 8 juin, et que les trois autres soient accusés de complicité. Sans les protestations – et oui, les émeutes – le meurtre de sang-froid de George Floyd aurait été traité comme un autre cas de police «faisant son travail».

Les protestations ont finalement forcé le monde à reconnaître que la suprématie blanche ne fait pas partie d’une époque révolue mais est gravée de façon permanente dans les fondements mêmes de la société américaine, depuis l’époque de l’esclavage et du génocide contre les Amérindiens qui ont permis au système capitaliste de se développer. Le racisme n’est pas une aberration du système, mais une composante centrale de ce système. Ceux qui dénoncent la «violence» qui a éclaté lors des manifestations dans tout le pays passent à côté de l’essentiel: alors que la classe capitaliste ne se soucie pas de la vie des Noirs et des Bruns, elle se soucie beaucoup du caractère sacré de la propriété privée et de la légitimité de la police qui «sert et protège» ses intérêts.

Le langage de l’inouï

Comme l’a fait valoir le Dr Martin Luther King Jr. en 1967,

«une émeute est la langue de ceux qui ne sont pas entendus. Et qu’est-ce que l’Amérique n’a pas entendu? Elle n’a pas entendu que la situation des pauvres noirs s’est aggravée ces dernières années. Elle n’a pas entendu que les promesses de liberté et de justice n’ont pas été tenues. Et elle n’a pas entendu que de larges segments de la société blanche sont plus préoccupés par la tranquillité et le statu quo que par la justice, l’égalité et l’humanité. Ainsi, dans un sens réel, les étés d’émeutes de notre nation sont causés par les hivers de retard de notre nation.»

King conclut: «Tant que l’Amérique retardera la justice, nous serons dans la position de connaître ces récurrences de violence et d’émeutes encore et encore. La justice et le progrès social sont les garants absolus de la prévention des émeutes.»

Les mots de King sont tout aussi pertinents aujourd’hui, démontrant à quel point le racisme virulent a peu diminué dans la société états-unienne plus de cinq décennies plus tard. Et puis, comme aujourd’hui, des soulèvements urbains ont secoué la société états-unienne au plus profond, plaçant la question de la violence policière raciste au centre des préoccupations. Mais alors que les rébellions urbaines des années 1960 étaient presque entièrement noires, les protestations qui ont lieu actuellement dans tous les États-Unis sont multiraciales. Il est significatif que non seulement les Blancs se joignent aux protestations, mais que d’autres personnes racialement opprimées – comme les Amérindiens, qui ont également subi des siècles de brutalité – s’identifient à la lutte. Comme le dit Ben Pease, un artiste indigène du Montana: «Personnellement, je pense qu’il faut être fort pour être entendu. Combien de fois devez-vous mourir? Combien d’Afro-Américains doivent mourir aux mains de la police pour qu’il y ait un changement systémique? Les émeutes fonctionnent. Le pillage fonctionne. Protester, ça marche.» Nous devons nous demander ce que tout cela peut signifier pour l’avenir de l’organisation contre le racisme.

Alors que la plupart des commentateurs traditionnels condamnent les incendies et les pillages comme des actes de destruction gratuits, la rébellion contre le racisme est une tactique qui a prouvé qu’elle attirait l’attention sur la violence systématique infligée aux Noirs et aux Bruns – normalisée au sein de la société, soutenue par l’application du statu quo par les responsables politiques et perpétrée par la police armée et les tenants de la suprématie blanche (qui se recoupent trop souvent). Le meurtre de George Floyd n’était rien d’autre qu’un lynchage du XXIe siècle.

«Je ne peux pas respirer» ont également été les derniers mots d’Eric Garner en 2014, prononcés désespérément 11 fois avant qu’il ne soit assassiné d’un étranglement par la police à Staten Island, meurtre également filmé par vidéo. Chaque grande ville américaine a ses propres victimes de meurtres de Noirs et de Bruns – beaucoup sont tués par la police et certains par des justiciers blancs armés. Parmi celles-ci, on peut citer Breonna Taylor, la jeune agente de santé de Louisville (Kentucky), que la police a tuée pendant son sommeil, et Ahmoud Arbery, de Brunswick (Géorgie), dont le meurtre a été filmé par deux hommes blancs (dont un ancien policier) alors qu’il faisait son jogging. «Dites leurs noms» a été un cri de ralliement lors des manifestations organisées aux États-Unis en mémoire de tant d’autres victimes noires dont les assassins sont libres – de Trayvon Martin à Michael Brown, Freddie Gray et Tamir Rice – pour ne citer que quelques-uns d’une très longue liste.

Les protestations se sont répandues dans le monde entier en solidarité avec la lutte américaine – car le racisme et la violence policière raciste sont des caractéristiques fondamentales du capitalisme partout dans le monde. «Je ne peux pas respirer» est devenu un chant universel des antiracistes du monde entier, car les manifestant·e·s portent des photos de George Floyd – et, comme on pouvait s’y attendre, la police répond avec des gaz lacrymogènes. L’impact du meurtre de Floyd et le tollé qu’il a provoqué ont été démontrés de façon éclatante le 30 mai dernier, lorsque des centaines de personnes se sont rassemblées à Tel-Aviv pour demander justice pour Iliad Hallak, un Palestinien autiste qui a récemment été tué par balle par la police dans la vieille ville de Jérusalem, dont les pancartes indiquaient «La vie des Palestiniens compte» et «Justice pour Iyad, justice pour George».

Couvre-feux et violence policière

Au début, les politiciens et les experts ont réagi au meurtre de George Floyd par des expressions d’angoisse (qui allaient de feintes à sincères), mais rapidement ils ont opté pour une condamnation des manifestants dès le début des incendies et des pillages. Les autorités n’ont pas perdu de temps pour imposer des couvre-feux, tandis que 24 États et le District de Columbia ont fait appel à la Garde nationale, transformant les manifestations en assemblées «illégales». Les grands médias ont concentré leur attention sur les manifestations soudainement «anarchiques» plutôt que sur la violence policière raciste qui les a déclenchées.

Alors que les grands médias se concentraient presque uniquement sur la «violence» des manifestants, la police se déchaînait tout autour d’eux, tirant des balles en caoutchouc, frappant, donnant des coups de pied, gazant – et dans certains cas, tuant – les manifestant·e·s les mains en l’air et les journalistes qui exposaient la violence policière. Des organes d’information comme Vox, Slate et The Verge, ainsi que les médias sociaux, ont été parmi les premiers à documenter les innombrables cas de rage policière contre les manifestants, bien avant que les grands médias n’en rendent compte. Une vidéo particulièrement troublante montrait la police d’Austin, au Texas, tirant sur une foule de manifestants pacifiques avec des balles en caoutchouc et des gaz lacrymogènes, puis tirant sur ceux qui tentaient de porter un manifestant blessé en lieu sûr. Dans un autre cas, la police de Louisville et la Garde nationale ont tiré et tué le propriétaire apprécié d’un restaurant local, David McAtee. Aucun des policiers n’avait activé sa caméra corporelle avant d’ouvrir le feu sur McAtee. La police de Buffalo a été montrée sur vidéo en train d’utiliser des matraques pour pousser un manifestant pacifique de 75 ans au sol et s’éloigner alors qu’il était étendu, saignant de la tête.

La brutalité policière était si féroce et si répandue que qui que ce soit l’a vue, et encore plus subie, ne peut continuer à imputer la violence policière à «quelques mauvais éléments». C’est évidemment systémique.

Il est impossible d’ignorer le contraste avec le traitement bénin réservé par les forces de l’ordre aux manifestants blancs réactionnaires dans les capitales du Michigan et d’autres États, qui réclamaient la réouverture des économies des États après le confinement dû au coronavirus. Ces Blancs armés n’ont pas été arrêtés une seule fois, malgré les obscénités hurlées et les crachats sur la police, tandis que le président Trump les a acclamés en appelant les gouverneurs des États à les «libérer» de la tyrannie de la distanciation sociale, en pleine pandémie.

Donald Trump et ses acolytes ont certainement fomenté de nouvelles violences policières contre les manifestants. En 2017, Trump a conseillé à la police arrêtant les «voyous» d’être «brutale» avec eux. Dans la même veine, Trump a répondu aux manifestants demandant justice pour George Floyd par une tempête de tweets, les appelant «THUGS!» [voyous] et déclarant «quand les pillages commencent, les fusillades commencent», répétant ainsi la menace de la police ségrégationniste du Sud des années 1960. Trump et son larbin de procureur général, William Barr, n’ont pas perdu de temps pour profiter de l’occasion pour rejeter la responsabilité de la violence sur des «agitateurs radicaux» de gauche qualifiés d’«antifa». Trump a tweeté peu après qu’il désignerait l’antifa comme une «organisation terroriste» (bien qu’il n’existe pas d’organisation de ce type).

Les abus de Trump

Puis l’infantile Trump a grossièrement outrepassé sa propre autorité. Apparemment, le 31 mai, Trump s’est retiré dans le bunker de la Maison Blanche face aux protestations croissantes à Washington, D.C. Le lendemain, Trump a décidé qu’il avait besoin d’une nouvelle séance photo pour contrer cette image de lâche – décidant que se promener dans la rue jusqu’à l’église St. John partiellement brûlée et poser avec une bible renforcerait sa base d’électeurs. Barr s’est précipité de l’autre côté de la rue sur ordre de Trump pour demander aux forces de l’ordre de chasser les manifestants pacifiques afin de dégager le chemin avant la séance de photos souhaitée par Trump.







Les policiers en tenue antiémeute ont utilisé des balles en caoutchouc, des grenades assourdissantes et des gaz lacrymogènes contre la manifestation parfaitement légale, qui s’est déroulée avant le couvre-feu de 19 heures à Washington. Alors que Trump tenait une conférence de presse dans la roseraie (White House Rose Garden) – où il annonçait son projet d’invoquer l’Insurrection Act pour mobiliser les troupes fédérales afin de «dominer» les rues contre les manifestants –, les cris des manifestants et le tonnerre des armes de la police pouvaient être entendus en arrière-plan. Lorsque Trump, qui fréquente rarement l’église, a présenté la bible aux photographes devant l’église St. Il a indiqué: «C’est une bible.»

Il semble que Trump ait provoqué une petite crise constitutionnelle en menaçant d’utiliser la loi sur l’insurrection dans tout le pays, tout en convoquant des troupes en service actif de la 82e division aéroportée à Washington, D.C. Le soutien a commencé à s’effilocher même parmi les plus proches alliés de Trump à la suite de ces événements. Le secrétaire à la défense Mark Esper a fait part de son opposition à ce que Trump invoque la loi sur l’insurrection, déclarant: «La possibilité d’utiliser des forces d’active dans un rôle de maintien de l’ordre ne devrait être utilisée qu’en dernier recours et uniquement dans les situations les plus urgentes et les plus graves. Nous ne sommes pas dans l’une de ces situations actuellement.»

L’ancien secrétaire à la Défense du président Trump, James Mattis, a déclaré qu’il était «en colère et consterné» par la réponse de Trump. Mattis a ajouté: «Jamais je n’aurais imaginé que des troupes… recevraient l’ordre, en quelque circonstance que ce soit, de violer les droits constitutionnels de leurs concitoyens – et encore moins d’offrir une séance de photos bizarre au commandant en chef élu, avec les dirigeants militaires à ses côtés.» Une poignée de membres républicains du Congrès ont ouvertement soutenu Mattis, dont la sénatrice Lisa Murkowski (Alaska), qui a déclaré qu’elle «se battait» pour savoir si elle voterait pour Trump en 2020.

Certes, il reste près de cinq mois avant les élections de novembre, mais des signes inquiétants se dessinent pour l’avenir politique de Donald Trump. Le député Steve King, de l’Iowa, a été battu lors des primaires de juin 2020, après avoir effectué neuf mandats et être connu pour avoir gardé un drapeau confédéré dans son bureau. En janvier 2019, le New York Times citait King en ces termes: «Nationaliste blanc, suprémaciste blanc, civilisation occidentale – comment ce langage est-il devenu offensant?»

L’écho libéral dans la Chambre des représentants

Le gouverneur du Minnesota, Timothy Walz, est membre du Democratic-Farmer-Labor Party (DFL). Des maires libéraux gouvernent à la fois à Minneapolis (Jacob Frey, également du DFL) et à St. Paul (Melvin Carter III, le premier maire noir de la ville). Tous trois ont exprimé leur déception et leur colère face à l’assassinat de Geoge Floyd, tout en faisant écho à l’idée que des «agitateurs extérieurs» ont commis la violence une fois qu’elle a commencé. Contrairement à Trump et ses acolytes, ils ont accusé non seulement les gauchistes mais aussi les tenants de la suprématie blanche d’envahir l’État pour fomenter la violence. Ils ont cependant été contraints de revenir sur ces affirmations, une fois que des preuves concrètes ont été apportées que ceux qui avaient été arrêtés à Minneapolis étaient en très grande majorité d’origine locale.

Il existe des preuves que les tenants de la suprématie blanche ont tenté (avec peu de succès) de fomenter la violence ou de blâmer l’antifa pour la violence, alors qu’il n’existe pas encore de preuves crédibles que les «radicaux violents» l’ont fait. Le groupe nationaliste blanc Identity Evropa, par exemple, s’est faussement identifié comme @ANTIFA_US sur Twitter. Il a tweeté le 31 mai «Tonight’s the night, Comrades», accompagné d’un émoji brun au poing levé et de «Tonight we say ‘F– The City’ and we move into the residential areas… the white hoods… and we take what’s ours…» [«Ce soir, nous disons “F… La ville” et nous nous installons dans les zones résidentielles… les cagoules blanches… et nous prenons ce qui nous appartient…»].

Néanmoins, les dirigeants politiques libéraux démocrates ont répondu aux manifestant·e·s avec une véhémence considérable. Après que la police de New York a délibérément dirigé deux véhicules dans un groupe de manifestants, par exemple, le maire Bill de Blasio a déclaré qu’il ne «blâmait» pas la police, ajoutant: «Si ces manifestants s’étaient simplement écartés et n’avaient pas tenté d’encercler ce véhicule, nous n’en parlerions pas.» Quelques jours plus tard, le maire a défendu la police frappant les manifestants avec des matraques, déclarant: «Dans le contexte de crise, dans le contexte du couvre-feu, il y a un point où assez c’est assez.» Il n’est donc pas étonnant que lorsque Bill de Blasio s’est levé pour parler à un mémorial de George Floyd le 4 juin, la foule l’a conspué, en scandant «Je ne peux pas respirer».

De même, le maire de Minneapolis, Jacob Frey, même après près de deux semaines de protestations continues, a refusé de s’engager à réduire le budget des services de police et a été chassé d’une manifestation d’hommage à George Floyd le 6 juin par des huées et des railleries telles que «Rentre chez toi, Jacob».

Pendant ce temps, Joe Biden, candidat démocrate présumé à la présidence, n’a apporté aucune consolation à ceux qui cherchaient à transformer le système raciste de la police en proposant les conseils tactiques suivants à la police, à utiliser lors d’altercations avec des suspects non armés: «Vous leur tirez dans la jambe plutôt que dans le cœur.»

Le New York Times, apparemment «libéral», a publié le 3 juin un article intitulé «Envoyez les troupes» du sénateur Tom Cotton [républicain, méthodiste] de l’Arkansas, faisant écho à l’appel de Trump à utiliser la loi sur l’insurrection pour mobiliser l’armée fédérale afin de créer «une démonstration de force écrasante pour disperser, détenir et finalement dissuader les contrevenants». Cotton a également répété la fausse déclaration de Trump selon laquelle la destruction des biens a été causée par «des cadres de radicaux de gauche comme l’antifa infiltrant les marches de protestation pour exploiter la mort de Floyd à leurs propres fins anarchiques».

L’éditorial de Cotton a cependant provoqué une rébellion des employés du NYT lui-même, puisque des dizaines de personnes ont tweeté «Running this puts black @nytimes staff in danger» [«Publier cela met en danger le personnel noir du NYT»]. En outre, plus de 800 membres du personnel ont signé une lettre de protestation et ont menacé de «quitter virtuellement l’entreprise». Le NYT a publié le même jour un article d’opinion intitulé «Tom Cotton’s Fascist Op-Ed» et a présenté ses excuses le lendemain. Le 7 juin, le rédacteur en chef de la page éditoriale a démissionné sous la pression.

Le Minnesota: un microcosme de tout ce qui ne va pas en Amérique

La famille de George Floyd a demandé non seulement l’arrestation des quatre policiers qui l’ont assassiné, mais aussi une accusation de meurtre au premier degré pour Chauvin afin de faire correspondre la gravité et l’intention du crime. Il s’avère que Chauvin et Floyd travaillaient tous deux à la sécurité de la même boîte de nuit locale, El Nuevo Rodeo (qui a depuis brûlé), avec des équipes qui se chevauchaient le mardi soir. L’ancienne propriétaire du club a décrit Floyd comme «un membre apprécié par la communauté latine», tout en remarquant que les clients noirs se plaignaient du traitement brutal que Chauvin leur réservait – notant qu’il aspergeait la foule de spray poivré lorsque des bagarres éclataient, ce qu’elle a qualifié d’«exagéré».

L’avocat de la famille Floyd, Benjamin Crump, a déclaré à propos de l’emploi commun de Floyd et de Chauvin: «Cela va être un aspect intéressant de cette affaire et, espérons-le, faire passer ces accusations au premier degré du meurtre, car nous pensons qu’il savait qui était George Floyd. Nous pensons qu’il avait l’intention de le faire.»

Chauvin a reçu 18 plaintes au cours de ses vingt ans de carrière dans la police. Seules deux de ces plaintes ont abouti à une lettre officielle de réprimande, tandis que les autres n’ont donné lieu à aucune mesure disciplinaire. Au contraire, Chauvin a été célébré par le département de police de Minneapolis, qui l’a distingué pour sa «bravoure» au travail. Il a reçu deux médailles du mérite, l’une en 2006 et l’autre en 2008. Il a également reçu deux médailles de félicitation, en 2008 et en 2009.

Minneapolis est une ville techniquement très démocrate libérale, avec un conseil municipal composé de 12 démocrates et d’un membre du parti vert, ainsi que de deux membres noirs transsexuels. Mais Robert Lilligren, le premier Amérindien élu au conseil municipal en 2001, a expliqué: «Minneapolis a mis à mal cette réputation de ville progressiste», ajoutant: «C’est l’ambiance: faites quelque chose de superficiel et ayez l’impression d’avoir fait quelque chose de grand. Créer une commission des droits civils, créer un conseil d’examen civil pour la police, mais ne pas leur donner l’autorité de changer les politiques et de changer le système.» Un habitant de longue date, né en Somalie, a décrit la culture de la ville comme «du racisme avec le sourire».

Et le département de police de Minneapolis est notoirement raciste, ayant tué 30 personnes entre 2000 et 2018, dont une nette majorité de Noirs, dans une ville dont la population noire est inférieure à 20%. Les dossiers de la police de Minneapolis font état d’au moins 237 cas de policiers ayant utilisé des «entraves au cou» lors d’arrestations, laissant 44 personnes inconscientes. Les trois cinquièmes des personnes laissées inconscientes étaient noires.

Pourtant, un seul policier a été condamné depuis des décennies: Mohamed Noor, le policier noir qui, en 2017, a tiré sur Justine Ruszczyk, une femme blanche non armée, et l’a tuée. Sa famille a obtenu un règlement de 2 millions de dollars. Bien que cette condamnation et ce règlement soient justifiés, la politique de deux poids deux mesures met encore plus en lumière les différences raciales dans les affaires de meurtre par des policiers – lorsque les familles noires n’obtiennent ni la satisfaction d’une condamnation ni un règlement financier d’aucune sorte, quelle que soit la solidité des preuves.

En 2016, par exemple, Philando Castile a été arrêté lors d’un contrôle routier. Après avoir informé le flic qu’il était en possession d’une arme à feu légale et autorisée, le policier a réagi en lui tirant dessus à sept reprises. La petite amie de Castille s’est connectée à Facebook Live et a enregistré ses derniers instants sous les yeux de sa fille de 4 ans, qui l’observait depuis le siège arrière. Les procureurs ont accusé le policier d’homicide involontaire, mais il a été acquitté des mois plus tard, malgré la vidéo de la caméra de la police sur la fusillade.

Le lieutenant Bob Kroll, le chef du syndicat de la police de Minneapolis, est un raciste convaincu, qui porte apparemment un écusson «pouvoir blanc» sur sa veste de moto et appartient au City Heat Motorcycle Club, un groupe de motards de police suprémacistes blancs. C’est un partisan enthousiaste de Trump qui a qualifié Black Lives Matter (BLM) d’«organisation terroriste» et, face aux récentes manifestations contre la brutalité policière, a dénoncé feu George Floyd comme un «criminel violent».

En effet, le Minnesota est un microcosme de tout ce qui ne va pas en Amérique. Comme l’ont résumé Kandace Montgomery et Miski Noor à Vox:

«Le Minnesota, qui compte une population noire d’environ 6% (Minneapolis a une population noire d’un peu moins de 20%), a le quatrième plus grand différentiel d’emploi entre les résidents noirs et blancs aux Etats-Unis. Ces dernières années, environ 8% des ménages noirs étaient au chômage, contre 3% pour les ménages blancs. Les résultats aux tests de lecture des élèves noirs de quatrième année ont été beaucoup plus faibles que ceux de leurs homologues blancs, ce qui en fait la deuxième plus grande différence parmi les 41 États qui ont testé suffisamment d’élèves noirs. Selon les données du recensement de 2017, 76% des ménages de Minneapolis dirigés par un Blanc sont propriétaires de leur maison, contre 24% pour les Noirs, ce qui constitue l’une des plus grandes disparités du pays. En 2019, un site web d’informations financières a classé Minneapolis, sur la base de ces disparités, comme se situant au quatrième rang des grandes zones métropolitaines des États-Unis pour les Noirs.

Ces disparités se reflètent dans le comportement du département de police de Minneapolis. Selon City Lab, un rapport de l’American Civil Liberties Union, datant de 2015, a révélé qu’à Minneapolis, les Noirs avaient «8,7 fois plus de risques que les Blancs d’être arrêtés pour des délits de faible gravité comme l’intrusion, le fait de mettre de la musique trop forte dans une voiture (ce qui est en fait illégal), la consommation d’alcool en public et la conduite désordonnée», et cinq fois plus de risques d’être arrêtés pour absence de preuve de possession d’assurance automobile. Il y a 25 fois plus de risques qu’un Noir soit arrêté pour «flâner avec l’intention de commettre un délit de drogue», considéré comme un délit même si les stupéfiants ne sont pas en possession de quelqu’un.»

Changer «les cœurs et les esprits»

Il n’est pas exagéré de dire que les récentes manifestations – qu’il serait plus juste de qualifier de soulèvements contre le racisme – ont accompli davantage en quelques jours que des décennies d’organisation patiente visant à obtenir des changements lents et progressifs.

Minneapolis a maintenant interdit les prises étranglement et les entraves à la nuque par la police, ce qui laisse beaucoup de gens se demander pourquoi ces techniques sadiques sont devenues des pratiques policières acceptées. Jeremiah Ellison, membre du conseil municipal, a écrit qu’ils visent à remplacer à terme les forces de l’ordre de Minneapolis par un «nouveau modèle à dynamique transformatrice de sécurité publique». Bien que ce résultat soit accueilli favorablement par les antiracistes du monde entier, l’histoire nous dit que cela ne se produira probablement pas une fois que la chaleur de ce moment sera passée – ou, en d’autres termes, sans une lutte massive, organisée et durable – c’est pourquoi, après des siècles de lutte des Noirs et des Bruns contre le racisme, cet élément crucial du système capitaliste reste intact.

Le commissaire de la Ligue nationale de football (NFL), Roger Goodell, a enfin présenté ses excuses aux joueurs noirs le 5 juin, admettant que «nous avions tort» de ne pas avoir écouté leurs préoccupations concernant le racisme plus tôt. Bien qu’il s’agisse d’un changement important dans la posture de la NFL, Goodell n’a pas abordé l’injustice faite à Colin Kaepernick, qui a commencé à s’agenouiller en 2016 pendant l’hymne national pour protester contre la violence policière contre les Noirs et n’a été engagé par aucune équipe de la NFL depuis. Mais le lien entre le sacrifice de Kaepernick et les récentes protestations ne pourrait pas être plus clair. Comme il l’a tweeté en soutien aux manifestations: «Quand la civilité mène à la mort, la révolte est la seule réaction logique.»

L’impact des énormes protestations en réponse au meurtre de George Floyd s’est manifesté «dans les cœurs et les esprits» changés d’une grande partie de la population américaine, qui se range aux côtés des manifestants. Un sondage Reuters publié le 2 juin a rapporté que «64% des adultes américains étaient en sympathie avec les personnes qui manifestent en ce moment même». Un sondage ABC/Ipsos du 5 juin a montré que près des trois quarts des personnes interrogées (dont 70% des Blancs) considéraient la mort de George Floyd comme le signe d’un problème sous-jacent d’injustice raciale, contre seulement 43% en 2014, après les meurtres d’Eric Garner et de Michael Brown. Seulement 32% des personnes interrogées sur ABC/Ipsos ont approuvé la réaction de Trump depuis le meurtre de Floyd.

Mais les protestations n’ont pas seulement mis en lumière le caractère profondément raciste de l’organisation sociale états-unienne. En plein milieu de la pandémie de coronavirus et du chômage de masse, les protestations contre le meurtre de George Floyd ont également mis en évidence toutes les contradictions du capitalisme, y compris la définition du «crime» dans le système juridique. Alors que Jeff Bezos [patron d’Amazon] se fraye un chemin vers le statut de trillionaire sur le dos de ses employés sous-payés et surmenés, dont beaucoup sont noirs et bruns, il est néanmoins considéré comme un citoyen respectueux des lois. Le coût des dommages matériels infligés par des manifestants soi-disant «criminels» est minuscule comparé au montant que Bezos perçoit quotidiennement par le biais du «vol des salaires» de ses travailleurs.

Le 6 juin, le 12e jour consécutif de protestation, des centaines de milliers de personnes à travers les États-Unis sont descendues dans les rues – en plus grand nombre que jamais – y compris à Washington, D.C., où Trump avait renforcé les clôtures de sécurité autour de la Maison Blanche. Les manifestants étaient de tous âges, de toutes races et de tous sexes, et certains assistaient à la première manifestation de leur vie. Des pancartes portant le slogan «Silence blanc = violence» ont résonné partout. Un natif blanc de Virginie occidentale portait une pancarte déclarant: «Les Hillbillies [habitants des Appalaches prétendument incultes] soutiennent Black Lives Matter». Quelques jours plus tôt, un groupe de 50 cow-boys noirs à cheval s’était joints à une manifestation de 60’000 personnes à Houston, l’un portait un t-shirt «Black cowboys matter». Le gouverneur de Virginie a ordonné qu’une statue du général confédéré Robert E. Lee soit enlevée à Richmond, en Virginie, tandis que les responsables de la ville de Fredericksburg ont enlevé un monument rappelant le lieu de vente aux enchères d’esclaves qui était bien visible au centre de la ville depuis les années 1830 ou 1840.

Les manifestants rejettent en effet le choix de continuer à gonfler les budgets des services de police tout en sabrant dans l’éducation et les soins de santé, et en refusant des logements abordables. Pour la première fois depuis de nombreuses années, un sentiment d’espoir a commencé à remplacer le désespoir qui a envahi la société états-unienne pendant si longtemps. Nous pouvons remercier les manifestants – et oui, les émeutiers – d’avoir enfin donné la parole à ceux qui n’ont pas été entendus. Le monde entier écoute et regarde maintenant. (Article publié sur le site International Socialism Project, le 8 juin 2020; traduction rédaction A l’Encontre)

Sharon Smith, militante socialiste de longue date, est entre autres l’auteure de Women and Socialism: Class, Race and Capital (Chicago: Haymarket Books, 2015).

Nenhum comentário:

Postar um comentário