Pages

Etats-Unis. La «décapitation» des services de renseignement au milieu de la crise du coronavirus

Do  Alencontre, 5 - abril - 2020
Por Martin Pengelly


Michael Atkinson, l’inspecteur général des services de renseignement… destitué par Trump

Donald Trump «décapite la direction de la communauté du renseignement au milieu d’une crise nationale», a accusé le démocrate Adam Schiff, après que le président ait renvoyé l’inspecteur général de la communauté du renseignement américain tard dans la nuit de vendredi à dimanche.
La nouvelle du licenciement de Michael Atkinson est arrivée alors que le bilan de la pandémie de coronavirus aux Etats-Unis dépassait les 7000 morts et que la Maison Blanche faisait l’objet de critiques constantes pour sa gestion de sa réponse.

Trump s’est emporté contre Michael Atkinson lors de la réunion d’information du groupe de travail sur le coronavirus de la Maison Blanche, samedi 4 avril, en affirmant que quelqu’un devrait «poursuivre en justice» le dénonciateur dont Atkinson a transmis la plainte au Congrès, conformément à son devoir constitutionnel.

«C’est inadmissible», a déclaré sur la châine MSNBC Adam Schiff, le président de la commission des renseignements de la Chambre. «Et bien sûr, cela envoie un message à travers le gouvernement fédéral et en particulier aux autres inspecteurs généraux que s’ils font leur travail comme l’a fait ce professionnel – et Michael Atkinson était un professionnel accompli – ils peuvent eux aussi être renvoyés par un président vindicatif.»

Atkinson, nommé par Trump, a déterminé que le rapport du lanceur d’alerte était crédible en alléguant que Trump avait abusé de sa fonction en essayant de faire enquêter l’Ukraine sur ses rivaux politiques.

Selon un avis juridique du ministère de la Justice, Michael Atkinson a exprimé son inquiétude quant au fait que Trump s’exposait potentiellement à «de sérieux risques en matière de sécurité nationale et de contre-espionnage» lorsqu’il a pressé le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, d’enquêter sur l’espoir présidentiel démocrate Joe Biden et son fils lors d’un appel le 25 juillet dernier.

Tard vendredi 3 avril, M. Trump a déclaré dans une lettre au Congrès qu’Atkinson n’avait plus «sa plus grande confiance» et qu’il serait démis de ses fonctions dans les 30 jours.

«Il règle ses comptes», a déclaré Adam Schiff à propos de Trump. «Nous sommes au milieu de cette pandémie et des milliers de personnes meurent et il se venge de ceux qui sont sur sa liste d’ennemis et le fait en pleine nuit.»

Samedi matin, la présidente du Parlement, Nancy Pelosi, a qualifié le licenciement d’Atkinson d’«acte d’arrogance contre un fonctionnaire patriote qui a honorablement accompli son devoir».

«Ce dernier acte de représailles contre la communauté du renseignement menace d’avoir un effet paralysant sur tous ceux qui veulent dire la vérité au pouvoir», a déclaré Pelosi.

Whistleblower Aid, un groupe qui soutient «les individus qui, légalement, signalent des infractions aux lois sur le gouvernement et les entreprises», a déclaré que Trump «mettait en œuvre une attaque directe contre les mécanismes de surveillance fédéraux cruciaux mis en place dans le sillage du Watergate», le scandale des années 1970 qui a fait tomber Richard Nixon.

«L’heure est venue de dire la vérité», selon la déclaration. «La vie des Etasuniens dépend de la capacité des fonctionnaires à remplir leurs fonctions sans interférence, crainte ou représailles.»

Lors de la réunion d’information sur le coronavirus qui s’est tenue samedi à la Maison Blanche, M. Trump a été interrogé sur son action contre M. Atkinson. Dans une réponse décousue et furieuse, le président a affirmé ne pas savoir et ne jamais avoir rencontré un fonctionnaire; il a néanmoins insisté sur le fait qu’il avait fait «un travail horrible» et qu’il était «une honte pour les inspecteurs généraux».

«C’est moi qui ai décidé» de renvoyer Atkinson, a déclaré le président, ajoutant: «J’ai le droit absolu de le faire.»

Le lanceur d’alerte, dont l’anonymat est censé être garanti par la loi fédérale, a été nommé par son nom par des politiciens républicains, des personnalités médiatiques de droite et Trump, qui a retweeté un message dans lequel le fonctionnaire était nommé.

«Tout le monde sait qui est le dénonciateur», a déclaré M. Trump samedi, ajoutant: «Franchement, quelqu’un devrait le poursuivre en justice.»

Le relais de la plainte du lanceur d’alerte a conduit à la mise en accusation de Trump par la Chambre démocrate, où Schiff a dirigé la procédure. Mais le président a été acquitté en février après un procès au Sénat républicain, dans lequel Schiff dirigeait une équipe de responsables chargés de poursuivre l’affaire de la Chambre.

La remarque de Schiff sur la «décapitation» de la communauté du renseignement par Trump a également entraîné le départ du directeur intérimaire du renseignement national, Joseph Maguire, qui a également soutenu l’action du lanceur d’alerte et a été remplacé de façon controversée par un loyal de Trump, Richard Grenell.

Le site Internet Axios a rapporté samedi 4 avril que Trump envisage de placer Steve Feinberg, un investisseur milliardaire et allié politique, dans le bureau du directeur du renseignement national.

Dans l’atmosphère brûlante du Washington de Trump, un langage aussi direct que celui utilisé par Schiff est courant. Par exemple, en janvier, au début du procès de destitution, CBS News a rapporté que les sénateurs républicains avaient été avertis que s’ils votaient contre le président: «votre tête se retrouverait sur une pique».

Un seul républicain, le sénateur de l’Utah et ancien candidat à la présidence, Mitt Romney, a voté pour condamner le président et le démettre de ses fonctions.

Ailleurs à Washington, samedi, le principal organisme de surveillance fédéral américain a promis de continuer à mener une surveillance indépendante «agressive» des agences gouvernementales.

Michael Horowitz, président du Conseil des inspecteurs généraux sur l’intégrité et l’efficacité (CIGIE) et inspecteur général au ministère de la Justice, a déclaré dans un communiqué que M. Atkinson était connu pour son «intégrité, son professionnalisme et son engagement en faveur de l’Etat de droit et de la surveillance indépendante».

Les inspecteurs généraux américains, chargés de la surveillance indépendante des agences fédérales, ont récemment été chargés de la surveillance générale de la réponse du gouvernement à l’épidémie de coronavirus, y compris le paquet historique de 2300 milliards de dollars visant à atténuer l’impact économique de l’épidémie.

«La communauté des inspecteurs généraux continuera à mener une surveillance indépendante et agressive des agences que nous supervisons», a déclaré M. Horowitz.

«Cela inclut le Comité de responsabilité de la réponse à la pandémie sous revue du CIGIE et ses efforts au nom des contribuables américains, des familles, des entreprises, des patients et des prestataires de soins de santé pour s’assurer que plus de 2 billions de dollars de dépenses fédérales d’urgence sont utilisés conformément au mandat de la loi.»

Les démocrates ont exprimé leurs inquiétudes quant à la manière dont les fonds de relance seront distribués. «Nous ne sommes pas ici pour créer une caisse noire pour Donald Trump et sa famille, ou une caisse noire que le département du Trésor pourrait distribuer à leurs amis», a déclaré la sénatrice Elizabeth Warren du Massachusetts. (Article publié dans The Guardian, le 4 avril 2020; traduction rédaction A l’Encontre)

Nenhum comentário:

Postar um comentário