Pages

Brésil. Une forte alliance entre les juges et les militaires

Do Alencontre, 1 de janeiro, 2019
Por A. Bénites et C. Jiménez



De «gauche à droite»: Bolsonaro,Toffoli et Temer en novembre 2018…

Lorsqu’il était candidat, le nouveau président du Brésil avait déjà annoncé, lors de sa campagne électorale que, s’il arrivait au pouvoir, la moitié de ses ministres viendrait des rangs des militaires. Au final, ils seront un tiers, sept qui ont déjà été confirmés sur les 22 ministres de son Cabinet gouvernemental [sans mentionner les militaires qui disposent de positions dans l’appareil administrativo-politique].

Le président Michel Temer [membre du parti de droite MDB, ex-vice-président – car sur le ticket présidentiel de Dilma Rousseff lors des élections d’octobre 2014 – a pris la place de Dilma Rousseff (PT) après le «coup d’Etat parlementaire» d’août 2016 qui conduisit à la destitution de Dilma] avait déjà ouvert la voie à certains soldats pour diriger le gouvernement de transition après la destitution de Dilma Rousseff.
Mais c’est Bolsonaro qui a revigoré avec détermination la présence des militaires sur la scène en politique, après 33 ans de quasi-silence, pendant que le pays exorcisait les années du régime militaire qui a duré entre 1964 et 1985. La corruption du Parti des travailleurs (PT) – une fois au pouvoir – et le déclin de l’économie [dès 2014 en particulier] ont réveillé le rejet du pays à l’égard de la gauche [avec l’appui d’une campagne politico-médiatique d’ampleur, dès 2014-2015, accompagnée de manifestations de rue]. Mais certains craignaient qu’avec Bolsonaro, on puisse revenir à la dictature ouverte. Toujours attentif aux réactions de l’opinion publique, le président élu a immédiatement annoncé: «Je suis un esclave de la Constitution.»

Un jour après avoir été confirmé dans les urnes, le président élu a fait un geste symbolique d’engagement (apparent) envers la loi en offrant le poste de super-ministre de la Justice et de la Sécurité publique au juge Sergio Moro. Au cours des cinq dernières années, ce magistrat a lancé la plus grande offensive judiciaire contre la corruption politique au Brésil, qualifié d’Opération Lava Jato [lavage express de voiture, expression métaphorique visant à qualifier le blanchiment d’argent opéré par des grandes entreprises – comme Odebrecht, infrastructures, construction, ou JBS produits carnés – pour transférer des sommes importantes aux partis et aux politiciens, afin d’obtenir des contrats et diverses faveurs]. Sergio Moro a surtout fait emprisonner le grand ennemi politique de Bolsonaro, l’ancien président Luiz Inácio Lula da Silva [après avoir mis en accusation des membres du cercle de Lula, souvent corrompus et qui dénoncèrent leur «chef» pour voir leurs peines réduites, ainsi que quelques industriels de renom, afin de donner un profil «équilibré» à ses actions du type «mani pulite»]. Moro a quitté la magistrature et a accepté tout de suite de rejoindre la troupe militaire. Jusqu’à maintenant, c’est le ministre qui a le mieux conçu la structure de son ministère [ses déclarations font des opposants politiques de gauche et des mouvements sociaux des adhérents au terrorisme].

Les dernières années de turbulences politiques ont été celles qui ont conduit les Brésiliens à traverser une période de polarisation médiatico-politique et sociale. Dans ce contexte, l’armée émerge et se présente comme l’institution qui assure l’intégrité du pays tout en parvenant à réécrire son passé, alors qu’elle était considérée comme une ennemie de la liberté et de la démocratie [bien que pour beaucoup la période de la dictature de 1964-1985 ait été une période de prospérité économique relative, d’ascension sociale verticale relative et qu’aucun procès n’ait été intenté contre les militaires qui ont fait voter, en 1976, leur impunité].

Contrairement à ce qui se passait auparavant, il y a maintenant un président pouvant s’appuyer sur un vote populaire pour représenter les forces armées, et les forces armées ont annoncé qu’elles respecteraient tous les engagements démocratiques. La nouvelle page de l’histoire d’un pays de 209 millions d’habitants coïncide avec la décision de la Cour suprême du Brésil de réduire le rôle du pouvoir judiciaire dans la vie politique afin de s’accorder sur un pacte et une action coordonnée avec les pouvoirs exécutif et législatif [autrement dit une sorte de bloc politico-militaire-judiciaire]

Un exécutif fort

Depuis 2014, lorsque l’enquête sur l’opération Lava Jato a commencé à secouer le pays, le Tribunal Suprême a décidé du sort des protagonistes de la vie politique, comme celui de l’ancienne présidente Dilma Rousseff. Au même titre que le procès de l’ex-président Lula, aujourd’hui emprisonné pour corruption [depuis avril, avec interdiction d’être candidat aux élections, alors qu’il était en tête des sondages, puis avec l’illusion complète de pouvoir transférer les voix du «lulisme» vers le candidat du PT: Fernando Haddad; il l’avait fait en 2010 en faveur de Dilma Rousseff, peu connue, bien que du cercle fermé de Lula; mais, alors, Lula venait de sortir de deux mandats marqués par une période de croissance économique relative – quelque 4% du PIB – et d’une distribution d’aide sociale aux déshérité·e·s et de mesures de démocratisation de l’accès aux études, bien que pour l’essentiel sa politique fût établie de manière concordante avec les secteurs principaux du capital, y compris agraire].



José Antônio Dias Toffoli, il occupa un poste important auprès de Lula à la Casa civil (Secrétariat d’Etat de l’exécutif) de 2003 à 2005; il fut nommé en novembre 2018 au Tribunal Suprême du Brésil. Photo de «jeunesse».

Aujourd’hui, la classe dominante considère que le moment est venu pour l’exécutif de se muscler, un désir que les militaires veulent garantir après la perte de la place internationale du Brésil, suite à l’interruption du gouvernement de Dilma Rousseff, et tenant compte de l’administration chancelante du président Michel Temer, qui n’avait pas le soutien du vote pour avoir plus de légitimité. «Nous étions le fil conducteur de la société brésilienne. Le moment est venu pour les représentants élus de redonner de la crédibilité à la nation», a déclaré le président de la Cour suprême Antonio Dias Toffoli lors d’une conférence de presse en novembre 2018.

Le président de la Cour était déjà à la recherche d’une telle coordination à construire avant le résultat de l’élection, qui est arrivé le 28 octobre. Dans un geste inhabituel parmi les membres de la Cour suprême, il a nommé en septembre un officier de l’armée pour être son conseiller spécial, le général Fernando Azevedo e Silva. La consultation a été de courte durée. Silva a été nommé ministre de la Défense du nouveau gouvernement, poste qu’il occupera demain. Mais Toffoli a déjà un remplaçant pour le conseiller: un autre général, Ajax Porto Pinheiro, l’un des anciens commandants des soldats de la paix des Nations Unies en Haïti. (Article publié dans El Pais, en date du 31 décembre 2018 et du 1er janvier 2019; traduction et édition par A l’Encontre)

*****
Soupçons de financement illégal de la campagne du nouveau président

La Folha de São Paulo du 31 décembre 2018 aborde les sujets qui fâchent, en l’occurrence les deux enquêtes ouvertes pour des soupçons de financement illégal de la campagne du nouveau président.

La première vise son propre fils Flavio, et porte sur des mouvements financiers suspects, 270’000 euros qui ont transité sur le compte bancaire de son ancien conseiller et chauffeur, pour atterrir, entre autres, sur un autre compte au nom de sa mère, Michelle Bolsonaro, l’épouse de Jair.

L’autre enquête concerne celui qui devient aujourd’hui l’un des ministres clés du nouveau gouvernement, Onyx Lorenzoni. Lui a fait rembourser par le Parlement dont il était député 220’000 euros, soit 70 billets d’avion qui lui ont permis de faire campagne pour le candidat Bolsonaro. Ça pourrait bien être une forme de détournement de fonds publics, la justice brésilienne devra en juger pour autant qu’elle restera indépendante, nous dit La Folhaqui rappelle tout de même que si Bolsonaro a été élu c’est avant tout sur la dénonciation de la corruption généralisée en politique.



Le «clan politique» de Bolsonaro, de gauche à droite: Eduardo, Jair, Flavio et Carlos Bolsonaro (Folha de São Paulo)

Nenhum comentário:

Postar um comentário