Pages

Catalogne : Pourquoi la classe ouvrière n’est pas indépendantiste

Do Investig´Action, 11 Nov 2017
Por VICENÇ NAVARRO


L’existence d’un mouvement de protestation en Catalogne contre le gouvernement central est un fait très positif qui doit être soutenu. Mais son instrumentalisation par la droite catalane est négatif, car il met à l’écart la majorité de la population catalane et la grande majorité des classes populaires, sans lesquelles il n’est pas possible de garantir la Catalogne progressiste et sociale dont nous avons besoin.

Aujourd’hui, il existe deux problèmes graves en Espagne, qui sont liés mais dans une situation différente de ce que l’on croit de nombreuses voix, y compris la gauche. L’un est le problème social, qui est le plus grand et le plus urgent, puisque la qualité de vie et de bien-être des classes populaires s’est détériorée de manière très marquée au cours de ces années de la Grande Récession. Un tel problème devrait être un motif de mobilisation et une réponse prioritaire de la gauche, car historiquement, elle est l’instrument politique créé pour défendre les intérêts ouvriers.

L’autre problème est le problème national, qui est en partie le résultat d’une transition immodérée perpétuée par un État-Bourbon, clairement centralisé et radialement non-national, l’origine des tensions territoriales qui ont atteint leur expression maximale aujourd’hui dans le conflit entre l’Etat espagnol du nationalisme espagnol nationaliste) d’une part, et la Generalitat de Catalunya (représentant de la version indépendante de l’indépendance du nationalisme catalan) d’autre part.

Les causes de l’énorme crise sociale

Les causes de la crise sociale sont faciles à voir, même si le lecteur ne voit pas, n’entend ou n’a pas lu dans les principaux médias du pays. Comme je l’ai montré dans mon livre « Attaque contre la démocratie et le bien-être. La critique de la pensée économique dominante » (Anagrama, 2015), ce sont les politiques néolibérales que les gouvernements espagnols, y compris les gouvernements catalans, ont imposé à la population (et je l’affirme imposant parce qu’ils ne sont pas dans leurs offres électorales) au cours de ces années et comprennent des réformes de la main-d’œuvre (qui ont entraîné une forte baisse des salaires et une forte augmentation du chômage et de la précarité) aux fortes réductions des transferts publics (tels que les pensions) et aux services publics de l’État-providence (santé, l’éducation, les services sociaux, les écoles pour les centres d’accueil infantile en Espagne – les services à domicile pour les personnes handicapées, le logement et bien d’autres).

Et ce qui est important à souligner, c’est que les responsables de ces politiques ont des noms et des prénoms: les partis au pouvoir en Espagne, en particulier le PSOE, qui les ont initiés (et ne l’ont jamais fait d’autocritique) et le PP qui continué et élargi. En Catalogne, le Parti Convergent Démocratique de Catalogne (CDC), qui a gouverné la Generalitat de Catalunya pendant la majorité de la période démocratique (30 de 37 ans), en alliance avec Unió Democràtica jusqu’en 2015, puis avec ERC, en la coalition Junts Pel Yes, dirigée par CDC.

En réalité, le CDC est le parti catalan le plus semblable au PP en Espagne, avec lequel, en passant, il a toujours eu, en matière économique et sociale, une grande affinité pour appartenir à la même famille politique, le néolibéralisme conservateur. Son énorme pouvoir institutionnel et médiatique (ce dernier résultat de la manipulation abusive des moyens publics d’information et des moyens privés par des subventions complaisantes et corruptibles) apparaît dans toutes les dimensions de la vie politique du pays, système de type « cacique », fondé par la famille Pujol, qui se poursuit, bien que sous un nom différent, avec Partit Demócrata de Catalunya ou PDeCAT. Le remplacement du président Mas par le président Puigdemont est un simple marketing politique qui n’a pas changé l’idéologie et le mode de fonctionnement d’un tel parti.

L’idéologie hégémonique dans les appareils de la Generalitat de Catalunya gouvernée parConvergència

Son idéologie est un nationalisme conservateur qui avait autrefois une connotation ethnique et même raciste (il faut se rappeler que Pujol était venu dire que les travailleurs venus d’Andalousie et / ou de Murcie, définis comme « charnegos », avaient un QI plus bas que les Catalans, un fait qui, étonnamment, n’a pas été contesté et dénoncé en Catalogne, à l’exception de quelques voix, y compris la mienne, lorsque j’étais alors précisément le docteur des soi-disant “charnegos” dans le quartier le plus pauvre de Barcelone, le Somorrostro ).

Cet élément de supériorité et d’identité ne repose plus sur un élément ethnique et racial (bien que l’écoute de la femme de Pujol, Mme Ferrusola, il ne semble pas clair que cette vision ait disparu) mais sur un élément culturel. Ce nationalisme profondément conservateur, un mélange de néolibéralisme avec des notes de la démocratie chrétienne et de la culture de Montserrat, est toujours dominant dans un tel parti. Cette idéologie – également connue sous le nom de pujolismo – a eu un impact énorme sur la vie politique et médiatique, et continue de l’avoir.

Et les partis qui l’ont soutenu sont CDC et UDC, les principaux responsables du sous-développement social de la Catalogne. Ce sont aussi des instruments politiques qui servent principalement les intérêts économiques et financiers de la structure de pouvoir catalane. Ce service n’est pas seulement un simple instrument de ces intérêts, mais aussi une transmission de l’idéologie néolibérale (CDC) et conservatrice (UDC) dont ils profitent.

Une anecdote reflète ce que je dis. Quand je suis retourné de l’exil, j’ai mené une étude de l’Etat-providence catalan, qui montrait ses énormes déficits à la suite des politiques publiques appliquées par le gouvernement néo-libéral conservateur catalan (et par l’Etat espagnol). Une telle étude a ensuite été largement distribuée, à travers des vidéos, par une personne anonyme, à mon insu, et qui a eu un grand impact. Le porte-parole des CDC, M. Felip Puig, l’a dénoncé dans le Parlement, m’accusant d’être retourné en Catalogne pour attiser la lutte de classes, ce à quoi j’ai répondu que je ne faisais que photographier la réalité sociale catalane, à travers l’étude , et ajoutant que ce sont eux – les dirigeants de la Catalogne – les principaux intendants du grand retard social de la Catalogne.

Depuis lors, je suis l’une des personnes les plus occultées par les médias catalans. Aujourd’hui, cette lutte de classe se poursuit en Catalogne, et les politiques de coupes budgétaires massives, de privatisation et de réforme du travail, toutes deux approuvées par CDC, tant dans les Cortes espagnols (en alliance avec le PP) que dans le Parlement de Catalogne, sont responsables du sous-développement social des classes populaires. Un fait reflète très bien ce que je dis. Au cours de la Grande Récession (2008-2016), les revenus du capital ont augmenté en Catalogne de 42% à 45% (la plus forte augmentation des temps démocratiques), tandis que les revenus du travail ont diminué de 50% à 146% pendant la même période.

Comment le thème national et le problème social sont-ils liés ?

En théorie, toutes les options politiques se font écho pour prétendre pour affirmer rhétoriquement que leur but ultime est d’améliorer la qualité de vie et le bien-être de la population. Cela est particulièrement vrai des partis de l’indépendance, qui soulignent leur attachement à la question sociale, arguant que le problème social en Catalogne ne peut être résolu que par la sécession de ce pays d’avec l’Espagne, parce que le problème social est causé par l’Espagne (parce que, dans sa version la plus guerrière, “l’Espagne vole la Catalogne”).

D’où ils concluent que la résolution du problème national doit être une priorité, la solution des questions sociales étant traitée une fois que l’indépendance aura été atteinte. Et même s’il est rhétoriquement déclaré à titre argumentaire que les problèmes nationaux et sociaux vont toujours ensemble, ils mettent toujours le thème national devant la question sociale. Et cela est également vrai pour la gauche indépendantiste (ERC et CUP) qui justifie ainsi son alliance avec la droite (ce qui rend difficile de résoudre rapidement le problème social, relégué dans un avenir lointain, lorsque nous serons indépendants).

Le coût social de l’alliance de certaines gauches avec les droites indépendantistes

Cela conduit ces indépendantistes de gauche à se joindre aux droites dans un projet mené par le PDECAT pour faire la rupture avec l’Espagne, un parti qui, en contrôlant la grande majorité de l’appareil de la Generalitat, jouerait un rôle clé dans la transition vers le développement d’une telle sécession. Maintenant, une telle alliance rend le problème social impossible à résoudre. À cet égard, ce n’est pas vrai ce que M. Oriol Junqueras, vice-président de Junts Pel Sí, et chef d’ERC, a déclaré dans le programme d’Ana Pastor à La Sexta que, d’après lui, le budget approuvé par Junts Pel Sí «A été le plus social de ceux qui existaient pendant la période démocratique».

Les données montrent autre chose. Les dépenses publiques sociales du budget de la Generalitat pour 2017, approuvées par Junts pel Si (Unis pour le Oui) avec le soutien de la CUP, ont été inférieures de 11,1% à celles approuvées au cours de la dernière année du gouvernement de gauche tripartite 2010 (et dont, d’ailleurs, ERC était un membre). Et cela s’est produit sur pratiquement tous les chapitres de l’État-providence (9,9% de moins en éducation, 10,4% de moins en santé, 56% de moins en logement, 7,1% de moins qu’en protection sociale, etc. chapitre par chapitre).

D’autre part, le Revenu de garantie citoyenne, issu d’une initiative législative populaire (et approuvé au Parlement) a été considérablement réduit il y a quelques jours par le gouvernement de l’indépendance, avec peu de discussions ou de débats et pas de frénésie médiatique. Et une chose semblable est arrivée avec la récente proposition écrite dans le projet de Décret de Tourisme (que le Conseller of Enterprise and Knowledge et le Gouvernement souhaitent approuver d’ici la fin de 2017), où il propose, rien de plus et rien de moins, que toute maison puisse devenir touristique sans limite de jours à l’année (jeter toute la lutte du gouvernement municipal d’Ada Colau contre le loyer touristique illégal). Face à une telle expansion des planchers touristiques (qui expulsent les classes populaires de leur quartier), un silence assourdissant de la part des médias les a absorbés dans la question nationale.

Ces données montrent que l’alliance avec la droite catalane séparatiste s’effectue de façon à continuer la détérioration sociale. Il est vrai que la présence d’ERC dans le gouvernement Junts Pel Si a diminué l’intensité des réductions des dépenses publiques. Mais il ne fait aucun doute que s’il s’était allié avec l’En Comú Podem de gauche et le PSC (comme il l’a fait au tripartite), un gouvernement aurait pu être établi qui aurait pu diminuer l’énormité du problème social.

Aujourd’hui, les sondages montrent que s’il y avait une élection, cette tripartite de gauche pourrait gouverner la Catalogne. Cette alternative n’est même pas considérée dans l’approche de l’indépendance, en permettant que le PDeCAT utilise le thème national pour cacher le problème social, tout comme la droite espagnole, le PP, qui sont également profondément nationalistes, héritiers de ce qui a été défini comme les ressortissants, interrompant un État démocratique – la Deuxième République – avec un coup d’état militaire et dont je parlerai dans la partie finale de l’article.

Pourquoi la classe ouvrière n’est pas indépendantiste

Le fait que le processus indépendantiste soit dirigé par les mêmes droites responsables du grand problème social explique le peu d’attrait d’un tel projet pour les classes populaires, qui ne soutiennent pas la sécession. Par conséquent, lorsque les sécessionnistes parlent de l’indépendance du peuple catalan, ils manquent à la vérité. La majorité de la population catalane ne veut pas l’indépendance. En outre, la monopolisation de la souveraineté (qui est le soutien du droit de décision) pour l’indépendance (qui est le soutien à la sécession) entrave sérieusement le développement de la souveraineté, depuis la manière antidémocratique dans laquelle joue le rôle de Junts Pel Sí est en train de discréditer la souveraineté.

Placer les urnes pour que la population vote est une condition nécessaire, mais pas suffisante, pour définir la feuille de route comme étant démocratique. La démocratie exige une diversité d’opinions exprimées au niveau des médias publics, maintenant entièrement contrôlés par le gouvernement de la Generalitat. Le manque de garanties pour effectuer le référendum n’est pas seulement causé par l’Etat central, car il existe de nombreuses garanties qui relèvent exclusivement de la Generalitat. de la Catalogne, qui a toujours montré peu de conscience démocratique. En Catalogne, comme dans le reste de l’Espagne, il y a presque une dictature médiatique à l’exclusion des voix de gauche, à l’exception des indépendantistes, comme la CUP, ou celles qui soutiennent sa feuille de route, comme le Podem dirigé par Albano Dante.

De telles fonctions sont des forces très minoritaires dans les quartiers ouvriers, car elles sont perçues dans ce cas comme soutenant une mobilisation en faveur du soi-disant référendum mené par la personne responsable de la crise sociale qui les a tellement sinistrés. Un tel point de vue est devenu très clair lorsqu’une travailleuse du quartier de la classe ouvrière de Nou Barris à la réunion de la Coordinadora de Catalunya en Comú a indiqué que «le corps me demande de participer à une manifestation anti-PP. Mais le cœur m’empêche parce que mes entrailles bougent quand je vois Puigdemont, le chef de ceux qui nous ont tellement blessés, à la tête de cette manifestation. Non, camarades, nous ne pouvons pas soutenir un tel projet. Ce sont eux qui nous ont toujours fait du mal. ”




Photo : le président catalan Carles Puigdemont

Présenter comme la seule alternative probable, Rajoy ou Puigdemont, est un abus qui permet une manipulation énorme, car ils font Junts Pel Sí et la CUP aujourd’hui en Catalogne. La pluralité nationale existe déjà en Catalogne. Le problème national ne sera résolu que s’il est soutenu par les classes populaires, qui constituent la grande majorité de la population catalane. À moins que de telles classes ne voient qu’un tel changement leur profitera, elles ne se mobiliseront pas en leur faveur. Et il leur est difficile de voir qu’elles en bénéficieront si les dirigeants et les partis politiques qui hégémonisent de tels mouvements sont de droite.

Ce n’est que dans le cas où le mouvement de transformation national serait dirigé par les forces politiques qui ont manifesté leur engagement envers les classes populaires (par des politiques publiques qui les favorisent), qu’il y aurait alors une telle mobilisation. L’expérience écossaise montre clairement cette situation. Le parti nationaliste écossais a même été victorieux électoralement à Glasgow (le Barcelone d’Écosse), parce qu’étant plus à gauche que le Parti travailliste. Quand il a accentué son indépendantisme, il a perdu des voix.



La solution des problèmes sociaux et nationaux en Catalogne et en Espagne



La preuve est claire que l’énorme problème social de l’Espagne et de la Catalogne répond à des causes communes: l’énorme domination de l’Etat espagnol et de la Generalitat de Catalunya par les droites, ce qui explique le sous-développement social de l’Espagne et de la Catalogne. Les données le montrent. Et les politiques économiques et sociales qu’ils appliquent sont très similaires, ce qui correspond à leur sensibilité néolibérale conservatrice. J’ai documenté le fait que l’argument qu’ils utilisent pour justifier l’application de ces politiques (qu’il n’y a pas d’autres alternatives) n’est pas durable. Il existe des alternatives.

Un autre élément commun de ces droites est que les deux, l’espagnole et la catalane, sont des nationalistes conservateurs mais de caractéristiques très différentes: l’un est le nationalisme espagnol, qui est le plus fort et le plus dominant de par ses racines impérialistes (fondé par l’Empire espagnol), de caractère raciste (la journée nationale, 12 octobre, était le jour de la race) et énormément oppressif et étouffant. Son expression maximale est apparue pendant la dictature fasciste: c’était une dictature non seulement autoritaire, mais aussi totalitaire, c’est-à-dire qui a essayé de créer un nouvel homme (les femmes ne comptent pas dans le fascisme), imposant ses normes, y compris dans les domaines les plus personnels – comme le sexe ou la langue – pour façonner une nouvelle société, créer une culture – la culture franquiste – qui a reproduit son idéologie laquelle, sous une forme diluée, continue de se reproduire dans et par l’Etat espagnol et son intelligentsia.

Imposé par les « nationaux » (c’est le nom que les franquistes s’attribuaient), il a introduit une toute autre vision de l’Espagne, contrairement à l’unicité qui l’a caractérisé, comme «anti-Espagne». D’où il a réprimé toute autre vision de l’Espagne, telle que la vision plurinationale, qui a admis l’existence d’autres nations dans l’État espagnol. Cette expression a été particulièrement prononcée en Catalogne, au Pays Basque et en Galicie. Par conséquent, la lutte pour retrouver la liberté et la démocratie comprenait la lutte pour redéfinir l’Espagne, en acceptant sa pluralité et le droit à l’autodétermination comme garantie que l’unité de l’État était volontaire et non forcée.

L’aile gauche a donné naissance à cette vision. Et le Parti communiste et le Parti socialiste avaient dans leurs programmes sous la clandestinité cet engagement, abandonné en raison de l’imposition du monarque et de l’armée, qui a opposé son veto à une telle proposition. L’énorme déséquilibre des forces qui existait pendant la transition entre les droites espagnoles (qui contrôlaient l’appareil d’État et les médias) et la gauche qui avait mené les forces démocratiques (qui sortait de la clandestinité ou de l’exil ), ne pouvait pas être plus élevé. À la suite de cette transition déséquilibrée et pas du tout exemplaire, la Constitution, cadre juridique de la démocratie espagnole, a émergé de manière propagandiste comme homologue à toute démocratie européenne, ce qui est incorrect.

La faible culture démocratique en Espagne, la diversité idéologique limitée dans les médias, le sous-développement social de l’Espagne, le financement insuffisant de son Etat-providence et la perpétuation de la culture franquiste, y compris sa vision uni-nationale, répressive du fait multinational, son pouvoir politique centralisé sans possibilité de démocratie directe, comme les référendums, et ainsi de suite, est dû à ce déséquilibre des forces qui continue d’exister dans l’État bourbonien espagnol, dont le déni de pluri-nationnalité a déjà atteint son expression en 1714, lorsqu’un Bourbon, Felipe V , par la force des armes, a détruit les droits de la Catalogne, en utilisant, comme toujours, l’argument pour empêcher l’unité de l’Espagne, lorsque les dirigeants de la résistance catalane se battaient, non seulement pour les droits catalans mais aussi pour l’Espagne (citation textuelle). Ce fut aussi la justification du coup d’Etat fasciste (réussi à l’aide d’Hitler et de Mussolini), pour défendre l’unité de l’Espagne alors que, en réalité, personne ne la mettait en question.

L’autre nationalisme : le catalanisme

Un tel nationalisme catalan était rarement sécessionniste. En fait, les dirigeants définis comme séparatistes, étaient fédéralistes, alors qu’ils demandent à établir l’Etat catalan dans une fédération républicaine, impossible à réaliser au sein de l’État bourbonien. Et c’était la gauche – comme Jordi Pujol l’a reconnu – qui a défendu en prenant des risques, avec une plus grande intensité et avec une plus grande cohérence, l’identité catalane, ce qui relie clairement la question sociale au thème national. Ce sont ces gauches qui ont conservé l’identité catalane (que même certaines voix de la gauche espagnole confondaient avec le séparatisme), à ​​la fois pendant la dictature et après, pendant la démocratie.

Ce n’était pas le conservateur Pujol, mais le socialiste Maragall, qui a dirigé le Statut, où la reconnaissance de la Catalogne en tant que nation (et tout ce qu’elle impliquait) a cristallisé. Et c’est le PP, le nationalisme espagnol, qui l’a bloqué (les points-clés dans lesquels l’essentiel était défini). Et maintenant, ce furent les partis de gauche catalans – En Comú, Podem, ICV, EUiA –, ceux qui ont demandé le référendum, et non les droites. Et en Espagne ce furent les nouvelles gauches qui demandèrent l’organisation plurinationale de l’Etat (plurinacionalidad)..

En outre, le Diada (fête nationale de la Catalogne, ndlr) – qui cette année a été capturé et instrumentalisé par les indépendantistes – a oublié la majorité des Catalans, qu’il a laissés de côté ou silencieux.

Le mouvement d’opposition contre le PP et l’Etat central est très nécessaire et positif

Il va sans dire que l’existence d’un mouvement de protestation contre le gouvernement central est un fait très positif qui doit être soutenu. Mais son instrumentation par le gouvernement Junts Pel Si dirigé par la droite est négatif, car il laisse tomber la majorité de la population catalane et la grande majorité des classes populaires, sans lesquelles il n’est pas possible de garantir qu’une nouvelle Catalogne soit la Catalogne progressiste et sociale dont nous avons besoin. L’Espagne a déjà montré que celui qui contrôle la transition contrôle le produit d’une telle transition. Avoir une Catalogne indépendante avec des ministres de l’économie ultralibéraux , tels que ceux qui apparaissent comme gourous des médias dans les émissions de télévision catalanes actuelles, n’est pas rassurant.

À moins qu’une telle transition n’ait été faite par une coalition de gauche, je doute que la nouvelle Catalogne soit meilleure pour les classes populaires que celle existante. Maintenant, une telle coalition est possible parce que non seulement en Catalogne mais aussi dans le reste de l’Espagne, de nouvelles gauches apparaissent, qui, avec les traditionnelles (maintenant renouvelées), peuvent établir une large coalition qui transforme la Catalogne et l’Espagne. En Catalogne, le plus grand problème est la désunion de la gauche, car ils pourraient déjà dominer aujourd’hui s’ils s’unissaient.

Selon les sondages les plus récents, si les votes et les sièges au Parlement sont additionnés (malgré le biais de la loi électorale anti-gauche), les votes d’ERC, Catalunya Oui c’est possible, PSC et CUP, pourrait pour gouverner la Catalogne, aidant à résoudre l’énorme crise sociale. Ce qui est tout aussi important, c’est que cette coalition, prenant la résolution de la question sociale comme point de départ pour résoudre le problème national, puisse mobiliser la classe ouvrière et d’autres éléments des classes populaires, pousser le socialisme espagnol à accepter la pluralisme national et le référendum.

Une nouvelle Catalogne sociale dirigée par des représentants des classes populaires qui, avec les forces politiques jumelées dans le reste de l’Espagne, pourraient avoir lieu, surtout si l’Espagne a également changé de gouvernement, devenant une coalition de la gauche et des nationalistes, est possible. Le point essentiel est de savoir si PNV ou PDeCAT souhaite remplacer Rajoy par un large gouvernement de coalition entre les gauches et les nationalistes. L’expérience montre que, paradoxalement, ils semblent préférer un gouvernement Rajoy comme c’est le cas avec le refus de voter pour nous (par PDeCAT) lors de la dernière motion de censure.

C’est ainsi que je termine cet exposé. La feuille de route de Junts Pel Si, dirigée par les droites catalanes contre les droites espagnoles, ne nous amènera pas aux changements nécessaires ni en Catalogne ni en Espagne. Il va sans dire que, comme manifestation d’un sentiment populaire, il mérite d’être soutenu, bien qu’il soit mal dirigé; même si, nous devons nous opposer à une tentative délibérée d’augmenter le conflit entre la Catalogne et l’Espagne. Il est évident que les deux nationalismes, l’Espagnol et le Catalan, ont besoin l’un de l’autre. Les dirigeants de ces nationalismes tentent de maintenir cette confrontation, car dans les prochaines élections elle leur sera très utile. Leur confrontation fait partie d’une stratégie électorale très réussie. Mais cela nous éloignera de la solution du problème social et national.

Une dernière observation. Lorsque plusieurs personnes ont fondé le Procès Constituent, il était clair que notre confrontation n’était pas seulement avec l’État central, mais aussi avec la Generalitat de Catalunya. Les « ils ne nous représentent pas» de 15-M s’appliquent à la fois aux institutions de l’État espagnol et aux institutions de la Generalitat de Catalunya. Il faut se rappeler que 15-M, s’inspirant du Constituant Procés, entourait le Parlement de Catalogne pour exiger que les politiques d’austérité qu’ils imposent aux classes populaires de Catalogne soient interrompues. Le président du gouvernement de droite, M. Mas, avait dû entrer par hélicoptère.

Maintenant, il serait ridicule que nous devions recourir au Parlement maintenant pour défendre son successeur, M. Puigdemont, de continuer à faire les mêmes politiques. D’où l’opposition au gouvernement Rajoy doit être ajoutée à l’opposition au gouvernement de Puigdemont, ce qui ne veut pas dire, comme il est mal interprété, qu’ils sont considérés comme équivalents (puisque Rajoy est le plus gros problème), mais il faut le critiquer Junts Pel Si en tant que co-responsable de l’énorme crise sociale.

Nous ne devons pas oublier ni les «nous ne sommes pas représentés» ni les principes de 15-M. Et cet oubli typique et caractéristique se produit lorsque le thème national dépasse tout, y compris le problème social. Pour résoudre les deux, nous devons nous concentrer sur la question sociale pour mobiliser les classes populaires dans la tentative de résoudre le problème national. Et pour cela, un gouvernement de gauche en Catalogne et un autre, également de gauche, en Espagne, sont essentiels. C’est clair.



L’auteur de cette étude se nomme Vicenç Navarro. Il est professeur d’économie appliquée à l’Université Pompeu Fabra (Barcelone). Il a également enseigné la politique publique à l’Université John Hopkins (Baltimore, États-Unis). Il dirige le Programme sur les politiques publiques et sociales conjointement parrainé par l’Université Pompeu Fabra et par l’Université John Hopkins. Il dirige également l’Observatoire social d’Espagne. Il est l’un des chercheurs d’Espagne les plus cités dans la littérature scientifique internationale en sciences sociales.



Source : Blog de Vicenç Navarro (date de publication : 15/09/2017)

Nenhum comentário:

Postar um comentário