Pages

Journal de Notre Amérique : « achever le combat du Che ! »

Do Investig´Action, 15 Outubro, 2017 


L’humanité fait face aux défis les plus extrêmes qu’elle ait connus. En cette rentrée, le passage des ouragans Irma, Jose, Lee, Harvey, Maria ont été des épreuves difficiles pour les peuples caribéens. Le sixième ouragan de la saison a été baptisé Ophélie. Pourquoi des noms si courants ? Et pourquoi pas l’ouragan Trump? Le président milliardaire, employé des multinationales, est le symbole parfait de cet impérialisme décadent et plus périlleux que jamais.

Face au cynisme d’un Trump, les déclarations d’Evo à la Conférence sur le Climat de Cochabamba en 2010, retrouvent un écho particulier avec les événements actuels : « le changement climatique est le produit du système capitaliste (…) soit le capitalisme meurt, soit ce sera la Terre-Mère ». Evo annonça aussi des propositions audacieuses comme : 1) la création d’un tribunal de justice climatique, 2) le transfert des dépenses de guerre vers un budget pour la défense de la planète, 3) l’abandon de la surproduction et de la surconsommation qui caractérisent le modèle capitaliste.

Avec l’accélération des risques naturels liée au changement climatique, la solidarité des peuples devient une nécessité vitale. Le 19 septembre, un terrible séisme a frappé le Mexique et provoqué 369 morts. La mobilisation du peuple mexicain dans ces moments dramatiques a été remarquable, et elle risque de nuire à Peña Nieto le moment venu. Avec les élections présidentielles de 2018 à l’horizon, l’EZLN vient de présenter la première candidate indienne de l’histoire du Mexique.

En Amérique Latine, le peuple cubain revendique le respect de la souveraineté et la dignité comme condition préalable de l’émergence d’un nouveau monde. Cela fait 50 ans que le Che a fini son périple parmi nous, après avoir été assassiné par des sbires aux ordres de la CIA en Bolivie. Référent incontournable de la jeunesse mondiale, icône de l’histoire contemporaine, le Che nous parle aujourd’hui à travers ses engagements et sa pensée révolutionnaire. Le Journal de Notre Amérique tenait à lui rendre un hommage mille fois mérité. Lors de son élection en 2006, le président Evo Morales fit de même, en rallumant la braise de la révolution en Bolivie : « Nous achèverons le combat du Che ! »

Nenhum comentário:

Postar um comentário