Pages

Le président brésilien échappe à un procès dans l’indifférence quasi générale

LE MONDE, 03 de Outubro, 2017
Por Claire Gatinois (Sao Paulo, correspondante)


Le président brésilien échappe à un procès dans l’indifférence quasi générale

La demande de mise en accusation de Michel Temer, soupçonné de corruption passive, a été rejetée par la chambre des députés, mercredi, à 36 voix d’écart.

Aux uns il a promis des faveurs, aux autres il a déverrouillé des crédits ou débloqué des amendements complaisants. Oubliant la disette budgétaire, ne pensant qu’à sa survie, le président brésilien, Michel Temer, le sourire à peine plus crispé que d’ordinaire, s’est rendu mardi 1er août – à la veille d’un vote aussi tragique qu’historique à la chambre des députés pouvant mener à la suspension de son mandat –, au dîner où il avait convié près d’une centaine de députés dits du « bas clergé », ces parlementaires indécis n’appartenant à aucun des grands partis.

Quelques heures plus tôt, le chef de l’Etat, suspecté de « corruption passive » s’était entretenu avec une trentaine de députés, dont le célèbre Paulo Maluf, ex-maire de Sao Paulo, champion inégalé des pots-de-vin assumés, avant un déjeuner complice avec une soixantaine de représentants de l’agrobusiness au Congrès. « Le robinet est ouvert », titrait le quotidien Folha de Sao Paulo mercredi.

Habile, pugnace, intrigant, l’impopulaire président membre du Parti du mouvement démocratique brésilien (PMDB, centre) a réussi là où sa prédécessrice, Dilma Rousseff, du Parti des travailleurs (PT, gauche), destituée en 2016 pour des manipulations comptables, avait échoué.

En dépit d’indices accablants, le chef de l’Etat a sauvé son mandat grâce au soutien de plus d’un tiers des députés : 263 ont voté en sa faveur, 227 contre lui, deux se sont abstenus et 19 se sont faits porterpâles. Dans la soirée, le président a salué une décision « claire » et « incontestable » ; « une conquête de l’Etat de droit démocratique ».
Une mallette de 135 000 euros

L’enjeu du scrutin consistait à accepter ou non la demande de mise en accusation pour « corruption passive » déposée à la fin de juin par le procureur général de la République, Rodrigo Janot. Fait inédit depuis la redémocratisation du pays, un président était accusé pénalement, soupçonné d’avoir été le bénéficiaire indirect d’une mallette de 500 000 reais (135 000 euros) remise par un cadre de la multinationale agroalimentaire JBS.

Cette demande de mise en accusation, une fois avalisée par la Cour suprême, aurait pu se traduire par la suspension du mandat de Michel Temer pour cent quatre-vingts jours, avant la tenue d’un procès et la destitution définitive ou non du président.



De suspense il n’y eut guère. Malgré une majorité écrasante de la population en faveur de la mise à l’écart de Michel Temer et le ton outré de quelques députés l’accusant d’être un « voleur » (Major Olimpio du parti Solidarité, SD), d’avoir « sali le pays » (José Guimaraes, du PT) ou dénonçant une politique visant à anéantir les droits des travailleurs, à ratiboiser les retraites ou à transformer « l’Amazonie en fromage suisse » (Carlos Zarattini, PT) le président a témoigné, une fois de plus, de sa capacité à affronter les orages qui se placent sur sa route.

« Dans le scénario actuel, seul un tsunami (…) pourrait le menacer. C’est dans des moments comme celui-là que l’on voit comment la politique brésilienne rompt avec les limites de l’irresponsabilité », commentait, mercredi sur les réseaux sociaux, Marco Antonio Carvalho Teixiera, professeur de sciences politiques à la fondation Getulio Vargas, de Sao Paulo.

Propulsé à la tête de l’Etat à la suite de la destitution de Dilma Rousseff, dont il fut le vice-président, Michel Temer profite du vide politique. S’il avait été écarté du pouvoir, il aurait été remplacé pendant six mois par le président de la chambre des députés, Rodrigo Maia, considéré comme son double. « Un voyage à Caracas à gagner pour celui qui serait capable de descendre dans la rue pour crier “Rodrigo maintenant !” », ironise Elio Gaspari, éditorialiste à la Folha de Sao Paulo mercredi.
« Ranimer les morts-vivants de l’opposition »

Présenté comme un « président zombie » depuis la mise au jour des affaires le visant, le septuagénaire montre qu’il est encore capable de construire une majorité au Congrès, et donc de gouverner ; qu’il est en mesure de poursuivre sa « mission rédemptrice », selon les mots de son avocat Antônio Cláudio Mariz : à savoir mener à bien les réformes impopulaires en cours et espérer redresser l’économie du pays.

La victoire de Michel Temer est aussi, cyniquement, celle de ses opposants qui, à en croire une partie des analystes brésiliens, auraient joué la comédie de l’indignation, préférant en réalité laisser croître la colère contre Michel Temer pour mieux l’emporter lors de la présidentielle de 2018. « Un gouvernement exsangue, vidé, qui a perdu ses forces, peut ranimer les morts-vivants de l’opposition », commente sur son blog Carlos Melo, politologue à l’institut Insper de Sao Paulo.

Reste le malaise qui s’est emparé de Brasília. Un an plus tôt, les députés affichaient crânement leurs opinions, assurant en direct à la télévision voter au nom de « Dieu » ou « de la famille » contre la présidente Dilma Rousseff.

Mercredi, hormis le très singulier Wladimir Costa (SD), qui s’est tatoué sur l’épaule le nom de Temer, les parlementaires se sont faits moins diserts, arguant de la stabilité du pays pour justifier un vote en faveur d’un homme qui, comme beaucoup d’entre eux, est mis en cause par la justice.

De fait, au-delà de la survie de Michel Temer, c’est aussi celle des acteurs de Brasília, affolés par la progression de l’enquête anticorruption « Lava Jato » (Lavage express) qui se jouait. Pour le politologue Paulo Baia, « mercredi, “Lava Jato” a été blessé à mort », dans la quasi-indifférence des Brésiliens, lassés et davantage intéressés par le transfert du footballeur star Neymar du FC Barcelone au PSG.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2017/08/03/le-president-bresilien-echappe-a-un-proces-dans-l-indifference-quasi-generale_5168027_3222.html#gbZlf2SKI2BKtmFg.99

Nenhum comentário:

Postar um comentário